Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

Le Petit Palais parisien expose un Ambroise Vollard créateur de livres avec "Edition limitée"

Le marchand de Cézanne, de Picasso et de Renoir avait son jardin secret. Il a publié sans grand succès commercial des ouvrages de bibliophiles à petits tirages.

Gravures et céramiques au sous-sol du Petit Palais.

Crédits: Petit Palais, Paris 2021.

Mille excuses! Je suis très en retard. Un bon signe, cependant. La chose prouve que l’actualité culturelle se montre plus riche qu’on ne pourrait le croire, en cet été 2021. Comme la Suisse, Paris a développé (ou maintenu) une belle activité artistique en une saison normalement qualifiée en France de morte. La preuve! Il me reste à vous parler (ici «in extremis») de plusieurs expositions, alors que celles de la rentrée s’annoncent pour le 8 ou 10 septembre. «Botticelli» à Jacquemart-André. «Georgia O’Keefe» au Centre Pompidou

Vous n’avez hélas plus que quelques jours pour découvrir dans les entrailles du Petit Palais l’accrochage proposé sous le titre d’«Edition limitée». Sous ce titre sibyllin se cache un hommage à Ambroise Vollard (1866-1939). Pas au marchand de tableaux bien connu, auquel Orsay avait consacré ses cimaises en 2007 afin de montrer l’homme qui avait osé aller avant tout le monde «De Cézanne à Picasso». Le sujet tourne ici autour de l’éditeur de gravures et de livres illustrés. Un genre auquel ce pionnier a donné son caractère actuel. Avec lui, les tirages ont commencé à se voir réduits et numérotés. Avant, ils restaient produits tant qu’il se profilait une demande. Notez que Vollard a souvent éprouvé de la peine à écouler son stock. Il faut dire que la présence d’auteurs comme Alfred Jarry et l’illustration par Pierre Bonnard du «Parallèlement» de Verlaine ont effarouché les clients un tant soit peu cul-cousu. Ils ne seraient pas commis avec de tels auteurs! Et que dire plus tard de la fameuse «Suite Vollard» de Picasso. De la pure pornographie…

Un énorme stock

L’édition formait le jardin secret de Vollard, marchand par ailleurs réputé pour la dureté de ses tractations avec les artistes comme les collectionneurs. Elle méritait bien une présentation, ici gérée par Clara Roca. Celle-ci développe plusieurs buts. Il s’agissait bien sûr de parler d’un personnage qui aura marqué le marché de l’art français. Mais aussi de livres et d’artistes. Sans oublier la technique. Une institution doit toujours répéter le b-a-ba quand elle propose des estampes. C’est à croire que ses termes spécifiques entrent par une oreille (ou plutôt ici un œil) et sortent par l’autre. L’histoire racontée au Petit Palais méritait par ailleurs un codicille. A la mort accidentelle de Vollard en 1939, il restait une masse de papiers (31 000 gravures!) en quête d’un destin. Henri-Marie Petiet (1894-1980) se sera chargé d’éclaircir ce dernier. La fin de l’exposition retrace donc les «années Petiet», un homme qui faisait selon son propre aveu partie de «la dernière génération des entasseurs».

Ambroise Vollard par Pierre Bonnard. Photo DR.

L’exposition, qui comprend aussi un peu de céramique, art auquel Vollard encourageait avec plus ou moins de bonheur (généralement moins) ses artistes, apparaît bien faite. Riche et surtout dense, elle ne se révèle cependant pas d’un abord facile. Il serait injuste de parler ici d’élitisme. Disons plutôt qu’«Edition limitée» doit se mériter, en dépit (ou à cause) de toutes les explication fournies. Le Petit Palais ne va pas vers la facilité. Il forme aussi un lieu de réflexion. Comme le théâtre, les beaux-arts ne servent pas à l’unique digestion. Ils entendent aussi mettre en appétit avec (un peu) d’inconnu.

Pratique

«Série limitée», Petit Palais, avenue Winston-Churchill, Paris, jusqu’au 29 août. Tél. 00331 53 43 40 80, site www.petitpalais.paris.fr Ouvert du mardi au dimanche de 10 à 18h.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."