Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

Le Pavillon de l'estampe propose "Dons, acquisitions et autres acrobaties" à Vevey

Installé au Musée Jenisch, ce lieu dédié à la gravure reflète les nouvelles acquisitions, tant classiques que contemporaines, de la Fondation William Cuendet & Atelier de Saint-Prex. Un bel accrochage.

"L'ignorance vaincue". Une gravure de René Boyvin d'après Rosso Fiorentino, vers 1545.

Crédits: DR

L'une des salles du premier étage est devenue un «cœur» après la réouverture du Musée Jenisch de Vevey en 2012. Le «cœur» en question a cessé de battre depuis un an. Le lieu s'est vu remodelé en «pavillon» afin de servir à la présentation de gravures. Il ne faut pas oublier que l'institution conserve le Cabinet cantonal des estampes, qui devra bientôt se retrouver un nouveau directeur ou une nouvelle directrice. Une entité complexe dans la mesure où elle conserve le fonds de la Ville et du Canton certes, mais aussi celui de nombre de fondations ou du Musée Forel de Morges.

L'un des déposants les plus actifs reste sans conteste la Fondation William Cuendet & Atelier de Saint-Prex, que préside aujourd'hui Pierre Vogt, Florian Rodari en étant le conservateur. Il s'agit à la fois pour elle de refléter ce qui se fait maintenant, notamment à l'Atelier, et de se constituer une collection patrimoniale. La Fondation reçoit ainsi quantité de donations, que ce soit d'artistes contemporains ou d'amateurs. Certains de ces dernier en font leur héritière, que ce soit par des œuvres ou de l'argent. Citons le cas de Gérard de Palézieux ou des Trayvaud. «C'est ainsi que, depuis dix ans, notre fonds s'est enrichi de quelques milliers de pièces permettant d'illustrer l'histoire de techniques à laquelle nous sommes particulièrement attachés.»

Un propos cohérent

Il fallait en rendre compte. Le «Pavillon de l'estampe» offre aujourd'hui des «Dons, acquisitions et autres acrobaties», le mot étant du commissaire Florian Rodari. Ce dernier a puisé dans les nouvelles entrées de quoi tenir un propos cohérent. Il propose les pièces non seulement pour elles-mêmes, mais afin de suggérer entre elles des correspondances. L'ancien rejoint le moderne, un moderne plutôt sage comme il se doit du côté de l'Atelier de Saint-Prex. Il ne faut pas s'attendre ici à des folies, ni même à des expériences un peu audacieuses. Nous sommes du côté d'Albert-Edgar Yersin, d'Astrid de la Forest, de Jean Lecoultre, d'Edmond Quinche ou de Tal Coat. Une chapelle vaudoise élargie à l'ensemble des cultes traditionnels romands certes, mais pas aux jeunes paroissiens. Il suffit de voir ce que commande aujourd’hui la Société suisse de gravure.

Les Yersin (la Fondation vient d'acquérir les 350 pièces de la «Boîte d'Henriette») ou les Lecoultre se retrouvent donc mêlés au Musée Jenisch à des créations célèbres dues aux plus grands noms et entrées dans le fonds depuis 2013. Le public retrouve aussi bien Dürer que Goya, Hollar que Villon, Rembrandt que Bresdin, ce dernier se voyant représenté par des épreuves particulièrement spectaculaires dont celle du «Bon Samaritain». Il fallait justifier le titre. Il l'est par un rare tirage d'une des pyramides humaines de Juste de Juste, un artiste de la première moité du XVIe siècle sur lequel nous ne savons à peu près rien. Juste se retrouve à côté du Bâlois du XXe siècle Kurt Seligmann, qui empile lui aussi des corps. Un heureux voisinage. Il faut dire que Florian Rodari connaît son sujet sur le bout du doigt. Je me souviens de l'avoir rencontré dans les années 1980 à l'Elysée, qui aurait dû devenir le temple vaudois de la gravure. On sait que le musée lausannois a connu depuis un autre destin, même s'il est resté lié au papier. La gravure aujourd'hui, c'est Vevey!

Pratique

«Dons, acquisitions et autres acrobaties», Pavillon de l'estampe, Musée Jenisch, 2, avenue de la Gare, Vevey, jusqu'au 24 février 2019. Tél. 021 925 35 20, site www.museejenisch.ch Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 18h. Le jeudi jusqu'à 20h.


Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."