Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

Le Museo del Novecento de Milan ressort le peintre Filippo de Pisis d'un semi oubli

Le Ferrarais (1896-1956) donnait des toiles qui ressemblent à de grandes aquarelles. L'institution en propose environ 90. Elle n'a pas bien su les mettre en valeur.

L'une des tableaux proposés à Milan.

Crédits: Succession Filippo de Pisis, SIAE, Museo del Novecento, Milan 2019.

En décembre 2010 ouvrait à Milan (avec un an de retard) sur la Piazza Duomo le Museo del Novecento. Un lieu qui, comme son nom ne l'indique pas en français, devait abriter l'art du XXe siècle. Il occupe une moité de l'Arengario, un bâtiment jamais tout à fait achevé des années 1930. Les travaux ont en effet cessé à la chute de Mussolini en 1943. Sur la façade,le sculpteur Arturo Martini n'a pu déployer qu'une partie des bas-reliefs prévus.

Tout en hauteur (sept étages!), le musée dispose au rez-de-chaussée de salles s'encastrant dans le Palazzo Reale voisin. Un espace assez médiocre. Difficile à animer. Ces lieux sont voués aux expositions temporaires, qui s'y installent tant bien que mal. L'actuelle est dédiée à Filippo de Pisis (1896-1956). C'est la première rétrospective d'envergure dont le peintre bénéficie depuis bien trente ans. Ce n'est pas que l'Italien soit inconnu. Ou méconnu. Mais il reste en général confiné à quelques œuvres dans le cadre d'un musée. Beaucoup de ses toiles se trouvent du reste encore dans des collections privées. Une position logique. L'homme ne peignait pas pour des institutions,mais à l'intention d'une clientèle particulière. Il n'a jamais fait partie des artistes officiels du fascisme.

Rencontre décisive avec Chirico

Pour l'accrochage actuel, Pier Giovanni Castagnoli et Danka Giacon ont réuni 90 œuvres. Elles vont des débuts de sa production à 1950 environ, moment où De Pisis commence à souffrir des graves troubles psychiatriques. En 1916, le débutant a la chance de rencontrer Giorgio de Chirico et son frère Albert Savinio, repliés à Ferrare où l'adolescent est né. C'est le début d'une carrière de peintre, mais aussi de poète. Elle le mènera à Milan. A Paris. A Londres. De Pisis connaît le succès dans les années 1930. Il se fait plus discret pendant la guerre, où son homosexualité affichée fait scandale. Menacé non pas d'un camp d'extermination, comme en Allemagne, mais d'une relégation dans le Sud, il part pour Venise. C'est là qu'il recevra l'hommage de la première Biennale d'après-guerre en 1948. Un coup de chapeau final,avant sa disparition du public. De Pisis a passé plusieurs années dans une maison de santé.

L'Italien est un joli peintre. Le joli se distingue du beau. Le mot garde quelque chose de mineur. Je ne suis pas sûr que regrouper près de cent jolies choses en soit une bonne. L'intérêt du public se dilue devant toutes ces huiles ressemblant à de grandes aquarelles. Les œuvres finissent par se ressembler. Elles s'affadissent du même coup. La présentation n'arrange rien. C'est le niveau zéro de la mise en scène. Ni bien. Ni mal. Idem pour les éclairages. Les cadres choisis à l'époque par les amateurs se sont démodés. Ils ont vieilli. Un art aussi fragile méritait un appui solide. L'exposition n'a pas su en tenir compte. C'est grand dommage. Espérons qu'il n'en ira pas de même quand la rétrospective se verra présentée à Rome au printemps 2020.

Pratique

«Filippo de Pisis», Museo del Novecento, 8, Piazza Duomo, Milan, jusqu'au 1er mars. Tél.0039 02 884 440 61, site www.museudelnovecento.org.it Ouvert le lundi de 14h30 à 19h30, du mardi au dimanche de 9h30 à 19h30, le jeudi et le samedi jusqu'à 22h30.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."