Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

Le Museo del Novecento de Milan va s'aggrandir. Mais il y a déjà une polémique...

L'institution a été inaugurée en 2009 dans l'Arengario, un édifice mussolinien. Peut-on relier ce dernier à l'autre moitié de l'édifice par une passerelle moderne?

Le projet aérien de Sandra Calzoni.

Crédits: Sandra Calzoni, Città di Milano, 2021.

Il a ouvert ses portes en décembre 2010. Le Museo del Novecento a connu à Milan un succès de curiosité, puis un succès tout court. Il semblait pourtant clair dès le début que les espaces d’exposition restaient bien trop exigus. Ils occupent l’aile gauche de l’Arengario, à côté du Duomo. Un bâtiment tout en hauteur, conçu à la fin des années 1930 après la démolition de la «manica lunga» de l’immense Palazzo Reale. Ses quatre architectes avaient conçu la chose comme de hautes propylées en marbre blanc. Il s’agissait de créer une perspective mussolinienne qui partirait des galeries marchandes situées de l’autre côté de la place. Une perspective bouchée depuis la fin des années 1950 par un mini gratte-ciel.

Cette construction ostentatoire n’était pas terminée à la chute du régime fasciste en 1943. Les bombardiers alliés ont alors immédiatement succédé aux maçons et sculpteurs. Le chantier s’est vu abandonné pendant une bonne décennie. Il a ensuite été conclu afin de loger des bureaux municipaux. On a parlé d’une éventuelle démolition plus tard. Le style fasciste rappelait de mauvais souvenirs. Puis tout s’est tassé et l’édifice, orné de bas-reliefs dus au grand Arturo Martini, a pris des allures de monument à protéger. On en était là quand la transformation d’un des deux gros piliers en musée s’est vue décrétée. Il devait loger en bonne logique l’art (avant tout transalpin) depuis 1900. «Novecento» veut dire XXe siècle en italien.

Prêt pour les Jeux olympiques

Aujourd’hui, le musée doit annexer la partie d’en face. On en parlait depuis des années. Le concours d’architecture vient de se dérouler. Il a généré une gagnante, Sonia Calzoni. Elle va réaménager pour la Ville le bâtiment vidé par ses fonctionnaires. Un gain de 1500 mètres carrés seulement. Mais il permettra aussi de loger une librairie (alors que celles-ci disparaissent en Italie…) et un restaurant. Le mécénat, notamment celui de la Fondazione Pasquinetti, jouera un grand rôle, le Plan européen de relance de 2020 se révélant cependant très présent. Il faut que les travaux soient terminés en 2026 au moment des Jeux olympiques d’hiver, prévus entre Milan et Cortina d’Ampezzo (où ils ont déjà eu lieu en 1956). C’est donc un peu la course.

Ce qui complique la tâche forme un joli sujet de polémique. Il s’agit de la manière dont les deux parties se verront reliées entre elles. Pas question de passer en sous-sol, où il y a déjà le métro. Il y a donc l’hypothèse en rez-de-chaussée et celle d’une passerelle très en hauteur. Sonia Calzoni, qui a dû présenter les deux variantes, milite pour la passerelle. Un «geste» selon elle réversible. Les ligues du patrimoine se déclarent contre. La Mairie, aujourd’hui coiffée par Giuseppe Sala, se perd dans des discours à la fois alambiqués et cotonneux. Le contenu des collections semble heureusement plus clair. Cette partie se verra réservé à l’art des années 1980 jusqu’à aujourd’hui et même demain.

Et pendant ce temps, L'Etat...

Nous sommes ici dans le domaine municipal. Je rappelle cependant que le Brera, musée étatique, doit ouvrir non loin de là son propre musée du XXe siècle à Milan. Il sera situé au Palazzo Citterio, attenant au Brera. L’affaire patine depuis des années et des années, alors que les collections modernes, magnifiques, ne sont (du moins lors de ma visite en 2019) plus visibles...

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."