Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

Le Musée Soulages de Rodez a accueilli son millionième visiteur le 10 septembre

Au départ, peu de gens y croyaient sur place. L'institution n'a cependant jamais cessé d'attirer du public depuis son ouverture en mai 2014.

François Hollande et Pierre Soulages lors de l'inauguration de 2014.

Crédits: Philippe Wojazer, AFP.

Un million! Le Musée Soulages de Rodez a accueilli le samedi 10 septembre son millionième visiteur. Il faisait partie d’un groupe de trois personnes venues de l’Isère. L’institution a ainsi prouvé non seulement sa viabilité, mais sa popularité. Ouverte le 30 mai 2014 en présence de François Hollande, qui avait pour une fois fait un effort à la fois présentiel et présidentiel, elle a ainsi reçu environ 150 000 personnes par an, 2020 étant bien sûr demeuré plus creux. C’est énorme pour une création provinciale, même si sa fréquentation ne reste ainsi que la quarante-neuvième du pays, dominée bien sûr par le Louvre (qui ne va pas bien en ce moment vu l’importance que revêt pour lui les tourismes asiatiques et américains).

Le musée en dehors de Rodez. Ministère de la culture, France, 2021.

Au départ, il y avait cependant doute, après la première donation de Pierre Soulages en 2005. J’ai lu à ce sujet l’article de Philippe Routhe paru en ligne sur CentrePresse Aveyron. Le journaliste rappelle que le sondage de 2009 auprès des Ruthénois (c’est ainsi que se nomment les habitants de Rodez) avait été négatif. L’artiste était jugé peu, ou mal connu. Les vitraux proches de Conques s’étaient vus mal reçus de la population locale en 1994. Le bâtiment allait coûter cher dans une ville sinistrée. Seul l’ancien maire Marc Consi gardait la foi. Il allait pourtant remporter la bataille avec l’aide de l’historien de l’art Benoît Decron.

Un trio catalan

Le chantier s’est ainsi ouvert sur les plans d’un trio d’architectes catalans, qui allait rempoter en 2017 le prestigieux Prix Pritzker en 2017. J’ai nommé Carme Pigem, Rafael Aranda et Ramon Vilalta. L’édifice aux parois de fer rouillé lui-même allait du coup devenir culte lui aussi. Soulages a fait une seconde donation en 2012 (il y en a eu une troisième l’année dernière). Les conditions semblaient certes bonnes lors du lancement. On sait cependant combien les institutions monographiques éprouvent de la peine à vivre sur le long terme. Picasso et Klee eux-mêmes connaissent ainsi des trous d’air. A Rodez, tout s’est curieusement bien passé. Il faut dire que l’attention publique s’est retrouvée dopée par des records successifs en vente publique: 9,2 millions d’euros en 2018, 9,6 en 2019.

Je rappelle que Pierre Soulages fêtera ses 102 ans le 24 décembre. Son épouse Colette a, elle, célébré ses 100 ans en mars dernier.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."