Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

Le musée de Saint-Gall est trop petit. Mais la Ville se refuse toujours à payer l'addition

Le crédit a été refusé l'an dernier, alors que le concours d'architecture a eu lieu en 2012. Ce ne sera pas avant 2024. Le bâtiment lui-même va pourtant assez mal.

Le musée. La façade d'entrée est sur sa gauche.

Crédits: Keystone

Le Kunstmuseum de Saint-Gall est depuis longtemps trop petit. Je vous l’ai dit un article plus haut dans le déroulé de cette chronique. Il a beau avoir évacué dans les années 1970 la partie historique, qui a donné lieu à un nouvel établissement en ville. Il lui faut pour le moins pouvoir jouir correctement de l’ensemble du bâtiment. Un édifice magnifique, inauguré en 1877, qui a bien failli se voir abattu il y a juste un demi siècle. C’était alors l’ère du vandalisme généralisé. Tout cela pour construire des choses bien amiantées qu’il faut aujourd’hui assainir… ou démolir.

Le sous-sol transformé, avec Hodler et Lovis Corinth. Photo Park Architeckten.

Un projet de rénovation existe depuis longtemps. Le projet date de 2010. Il y a un gagnant au concours depuis 2012. Il s’agit du bureau Park Architekten de Zurich. Sa contributions coûtera des sous. On ne peut aujourd’hui plus guère replâtrer un édifice qui a des trous dans le toit, des moisissures dans le sous-sol, pas de climatisation et ne correspond plus (comme le Mamco genevois) aux normes internationales. La facture se monterait à 30 millions au moins, mais on est parti de 20 et d’aucuns parlent déjà de 40. «Sans aucune nécessité», précise un internaute sur le site du magazine alémanique culturel «Saiten», que j’ai consulté à la date du 8 juillet 2021.

Le musée lors de son inauguration en 1877. Il n'a quasi pas changé depuis. Photo DR.

Pourquoi cette date de 2021? Parce qu’elle marque un anniversaire. Un an plus tôt, le Conseil municipal de Saint-Gall a refusé la dépense. Elle contredirait une volonté d’économies (le journal parle de «Sparenwut») de la Ville. Il fallait couper en tout 30 millions (1). La culture s’est vue rabotée au premier chef. D’où la colère des milieux intéressés. Il a circulé une pétition réunissant au final 1200 signatures. Cela peut sembler peu, mais nous restons dans une petite cité, même si un bon bout de cette dernière se voit classée sur la Liste du patrimoine de l’Unesco. Rien n’y a fait. En dépit du soutient ardent d’un élu socialiste portant le nom admirable de Gallus Hufenus (on croirait entendre parler d’un préfet romain), les élus n’ont pas voulu revenir en arrière. Les travaux seront votés au plus tôt en 2024.

Notez que par rapport à nôtre Musée d’art et d’histoire, tout se passe tout de même ici à la vitesse de l’éclair. Genève reste en rade depuis 1995.

(1) La facture de 30 millions serait partagée en trois. La Ville, le Canton et le mécénat.


Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."