Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

Le Musée d'arts de Nantes fait "L'éloge de la sensibilité" au XVIIIe siècle en France

C'est l'exposition jumelle de Rennes. Il y a cette fois les portraits, les natures mortes, les paysages et les scènes de genre. C'est moins réussi dans un musée pourtant rénové.

Le tableau de Jacques Sablet. Une étape dans la voie menant au romantisme noir.

Crédits: Musée d'arts, Nantes 2019.

Changement d'itinéraire, pas pas de sujet. Tandis que Rennes traite du sentiment dans la peinture française du XVIIIe siècle, Nantes s'occupe de la sensibilité. La thématique s'arrête là. Avec certaines toiles des années précédant la Révolution, on pourrait pourtant parler se sensiblerie. On a la larme facile après Rousseau et Bernardin de Saint-Pierre, l'auteur de «Paul et Virginie»!

Le Musée d'arts de Nantes offre donc les portraits, les scènes de genre, les paysages et les natures mortes. Ce qui semblait à l'époque du menu fretin pour les grands théoriciens de l'art. Ils voyaient surtout là une absence d'invention. L'artiste n'avait qu'à copier ce qu'il avait sous les yeux. Notez que le public se souciait déjà comme d'une guigne de la hiérarchie des genres. Certains critiques illustres aussi. Denis Diderot considérait Siméon Chardin comme un génie. Il suffit de voir aux murs les deux toiles venues de Rennes pour comprendre son enthousiasme, partagé alors par les collectionneurs les plus huppés de son temps dans l'Europe entière.

Affiche au féminin

Il y a bien sûr de très beaux tableaux à Nantes. Je citerai ainsi la femme anonyme portraiturée par Adélaïde Labille-Guiard, une artiste qui attend incompréhensiblement sa rétrospective en pleine vague féministe. Cette toile fait du reste l'affiche. Il y a aussi l'inquiétant «Oiseleur» de Greuze, l'image même du séducteur en un temps qui a aussi donné «Les liaisons dangereuses». Cette apparition satanique se voit contrebalancée par nombre de sujets bien pensants. «Les apprêts du déjeuner» de Jacques-François Amand exalte ainsi les vertus frugales des pauvres. Le romantisme pointe parois le bout de son nez. Venu de Brest figure l'extraordinaire tableau où Jacques Sablet, qui était de Morges, montre deux aristocrates en habits noirs sur une tombe du cimetière protestant de Rome, qui existe encore. La mort rôde dans ce qui aurait pu demeurer une aimable «conversation piece» à l'anglaise.

"L'oiseleur" de Greuze. L'image même du séducteur. Photo DR.

Le visiteur a donc de nombreux motifs de satisfaction. Comment se fait-il alors que la sensibilité paraît un peu faible après le sentiment? D'abord, il y a tout de même des toiles secondaires. Une galerie de portraits donne ensuite souvent un sentiment d'ennui. Le décor s'avère enfin un peu décourageant. Nous sommes dans le grand hall couvert. Les cimaises ont pris des tons de dragée vieillots. Récemment rénové à nouveau (dans ma courte vie, j'aurai assisté à deux inaugurations nantaises), le Musée d'arts n'est pas une réussite en dépit du Cube ajouté pour l'art contemporain. Les salles permanentes ont toutes quelque chose de sinistre en dépit d'Ingres, de Courbet ou de Georges de La Tour. C'est comme si l'institution manquait de vie et d'enthousiasme.

Pratique

«Eloge de la sensibilité», Musée d'arts, 10, rue Georges-Clémenceau, Nantes, jusqu'au 12 mai. Tél. 00332 51 17 45 00, site www.museedartsdenantes.nantesmetropole.fr Ouvert tous les jours, sauf mardi, de 11h à 19h, le jeudi jusqu'à 21h.


Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."