Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

Le Musée d'art de Pully propose aujourd'hui "Paris en fête"

Toulouse-Lautrec, Chéret, Steinlen, Dufy, Helley... Rien que de la peinture, des affiches et des gravures joyeuses sur les cimaises. Le tout reste hélas bien superficiel.

Raoul Dufy est sans doute l'artiste le plus généreusement représenté aux cimaises.

Crédits: Succession Raoul Dufy, Musée d'art de Pully, 2020.

«Paris est une fête». Voilà ce ce pensait en tout cas Ernest Hemingway, dont le dernier livre, sorti de manière posthume en 1964, porte de titre-là. Un lieu de plaisir, du moins pour les riches étrangers. On pouvait alors parler de «gai Paris», sans que la chose prenne des consonances homosexuelles. Vous en connaissez encore les éléments constitutifs, pour la plupart disparus. Parfois récemment. Il y avait les Folies-Bergères avec leurs petites dames. Les Halles et leur soupe à l’oignon pour les fêtards, servie aux alentours de 5 heures du matin. Les grands couturiers créant leurs modèles importables. Montmartre et ses chansonniers vous faisant frôler l’anarchie pour une soirée. Restons tout de même prudents.

Il y a des gens qui croient encore à la légende, pourtant écornée par la modernisation des années 1960-1970, puis balayée avec la paupérisation et la mauvaise humeur ambiantes. Ces nostalgiques se révèlent en général Américains. C’est pourtant d’une collection suisse que sortent aujourd’hui tous les éléments de «Paris en fête», que propose jusqu’en mai le Musée d’art de Pully. Certains noms annoncés vont de soi, comme Toulouse-Lautrec, Steinlen ou Jules Chéret. Ces artistes ont créé une partie du mythe parisien. Le public, d’un certain âge soyons justes, a encore dans l’œil les images simples, mais fortes, tracées pour assurer la célébrité de vedettes souvent aujourd’hui complètement oubliées. Qui se souvient de Jeanne Bloch, d’Edmée Lescot ou de Kam Hill? Il ne reste souvent même pas d’enregistrements de ces chanteurs nés sous le Second Empire.

Touches anglaises

Ouverte par un Chagall redoutable, l’exposition avance par la suite à hue et à dia. J’avoue avoir éprouvé de la peine à comprendre certains choix. Raoul Dufy d’accord, mais pourquoi des courses de chevaux en Angleterre? Paul Helleu, pourquoi pas? Mais avec le portrait d’une autre beauté que Consuelo Vanderbilt, duchesse de Marlborough. Et que vient faire, en conclusion, le poème «Liberté» d’Eluard, même illustré par Fernand Léger? Le visiteur a tellement l’impression de sortir du sujet qu’il se demande s’il y en a encore un.

Le Jules Chéret faisant l'affiche. Photo Musée d'art de Pully, 2020.

La chose serait excusable avec des œuvres de très grand qualité. Elle se font rares à Pully. Il n’y a là presque que des scènes légères et joyeuses, tracées d’un pinceau un peu négligent. Réalisés sous L’Occupation, les orchestres de Raoul Dufy font partie de ses créations mineures, avant le réveil de la fin. Kees van Dongen était déjà bien fatigué quand il entrepris en 1946-1947 d’illustrer «A la recherche du temps perdu» de Marcel Proust, qui le faisait revisiter le Paris de sa jeunesse. Quant à Marie Laurencin, elle reste ici Marie Laurencin… Bref. On a connu le Musée d’art de Pully mieux inspiré. Cette fête se termine sur une défaite (dé-fête).

Pratique

«Paris en fête», Musée d’art de Pully, 2, chemin Davel, Pully, jusqu’au 10 mai.Tél. 021 721 38 00, site www.museedartdepully.ch Ouvert de 14 à 18h, sauf le lundi. Le samedi et le dimanche dès11h.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."