Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

Le MAH publie sa revue annuelle "Genava" en ligne. Attention les yeux!

Pour des raisons de coûts, cet annuaire ne paraît plus sur papier. Il aurait cependant fallu revoir la formule graphique. Les 200 pages se consultent sans plaisir en dépit de contributions intéressantes.

Une vue de l'exposition sur les pillages archéologiques.

Crédits: RTS

Il est sorti! Je ne sais pas quand, en revanche. J'ai remarqué il y a quelques jours la photo en appel sur le site des Musée d'art et d'histoire genevois (MAH). De quoi suis-je en train de parler? Du numéro 65 de la revue annuelle «Genava». Elle ne paraît plus sur papier. L'institution est trop pauvre pour cela, tout le monde le sait. Le virtuel n'a pas pour autant abrégé les temps de publication, qui accusaient des retards toujours plus marqués. L'actuelle livraison est celle de 2017 et non de 2018. Ne rêvons tout de même pas!

Qu'y a-t-il dedans? De l'archéologie d'abord. Pas la locale, qui formait naguère le socle de «Genava». Elle est partie depuis longtemps. Il s'agit cette fois de l'analyse de deux pièces égyptiennes récemment entrées dans les collection. L'une bénéficie d'un texte de Jean-Luc Chapppaz, aujourd'hui à la retraite. J'admire qu'on puisse consacrer tant de mots à des œuvres si mineures. Il est aussi question des neuf sculptures saisies au Port Franc. Le MAH avait montré ces splendides réalisations antiques dans une exposition hautement morale sur le pillage des sites. Le MAH, comme naguère George Bush, se situe dans l'axe du Bien.

Redécouvertes

Et autrement? Il est naturellement question de l'année Ferdinand Hodler. 2017 marquait sa préparation. L'ennui, c'est qu'elle a eu lieu entre-temps. Il se trouve là des textes sur les disciples, la restauration de certaines œuvres ou le mobilier de son appartement au 29, quai du Mont-Blanc, conçu par le grand Josef Hofmann en 1913. Une antenne de la Sécession viennoise en plein Genève. Certaines découvertes dans les réserves méritaient un commentaire. Justine Moeckli peut ainsi donner un texte documenté sur le «Portrait de Nico» de Leonor Fini, entré en catimini en 1983 grâce à un don de Brigitte Mavromichalis. L'artiste, qui était une figure populaire dans le Paris des années 1950 et 1960, émerge aujourd'hui de l'oubli où l'avaient projetées ses dernières années de production, à vrai dire désolantes. Tout avait pourtant bien commencé pour cette surréaliste.

«Genava» a peu à raconter sur les entrées des dernier mois. Et pour cause! Le MAH ne s'enrichit guère. Je veux bien qu'il ne dispose plus de budget d'acquisition, vu la dureté supposée des temps. Mais tout de même. Cela veut dire qu'il n'y a plus de donateurs pensant à lui, même si l'institution compte près de 1200 Amis...

Consultation pénible

Je dirai pour terminer que la formule graphique de cet annuaire devait se voir repensée. Tel que le lecteur peut la voir, il demeure conçu pour le papier avec ses pages blanches intercalaires et son double encolonnement. Plus les photos, maintenant aux mauvais endroit. La consultation sur écran en devient à la fois fastidieuse et désagréable, d'autant plus que les textes n'ont pas la longueur Internet, avec leurs innombrables notes scientifiques. Imprimer son exemplaire, comme la chose se voit suggérée, me semble demander beaucoup. Il y a tout de même là dans les 200 pages. N'y aurait-il donc pas de graphiste dans le nombreux personnel du MAH?

Pratique

«Genava», numéro 65, année 2017. Tapez http://institutions.ville-geneve.ch/fr/mah/collections-publications/publications/genava pour télécharger.



Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."