Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

Le Louvre a créé une nouvelle base pour la consultation en ligne de ses collections

Il y a là 482 000 oeuvres à disposition des internautes. Soit les trois quarts du fonds. Des pistes ont été créées afin que les néophytes ne se perdent pas.

Le Louvre, aujourd'hui vide. Vue de la Grande Galerie.

Crédits: DR.

C’est beaucoup. Mais il convient aussi que les arbres ne cachent pas la forêt. Le Louvre a donc dévoilé début avril son nouveau site concernant ses collections. Il suffit de taper sur www.collections.louvre.fr Il y a là 482 000 œuvres à disposition (1), en comptant les statues du Jardin des Tuileries ou le fonds du Musée Eugène-Delacroix rattaché à la grande maison en 2004. Cela représente plus du décuple de la plate-forme précédente. Atlas n’en offrait que 30 000. Ou du moins à peu près.

La numérisation ne s’est pas faite en un jour. Autant dire que l’idée remonte bien avant la pandémie, qui tombe à pic. Il y aura eu, à partir des inventaires, deux ans de travail effectif. Selon Néguine Mathieux, dont dépend le projet, l’idée maîtresse est de «rendre accessible». Du moins numériquement. Certains esprits chagrins s’inquiètent en effet que la vision des objets réels, même pour les conservateurs, devienne de plus en plus difficile. A Carnavalet, qui finira bien par rouvrir un jour, les réserves sont devenues toujours plus lointaines. Et je ne vous parle pas de celles du Louvre lui-même, dont beaucoup se trouvent aujourd’hui à Liévin, à côté de Lens.

Albums thématiques

Les néophytes risquaient se s’y perdre. A côté des séries de tableaux (le Louvre en conserve environ 100 000) et des sculptures (là, il y en a plus modestement 35 000), les promoteurs du site ont donc prévu des recherches plus simples axées sur les œuvres phares ou les nouvelles acquisitions. Ce sont des «albums thématiques». Les amateurs plus pointus pourront, eux, se lancer à l’aventure. «Nous avons pu inclure le résultat de fouilles archéologiques normalement non exposables», explique Néguine Mathieux. Les rendre publiques tenait du «service public».

Les premiers consultants demeurent comme il se doit partagés. S’il y a nettement davantage que sur Atlas pour ce qui est du nombre, il semble que les services rendus aux utilisateurs n’aient pas tellement augmenté. Mais de toute manière, un site comme www.collections.louvre.ch semble peu destiné au grand public. Ce dernier se contentera du site muséal, souvent bien fait. Le Louvre continue par ailleurs sa revue «Grand Galerie». Un périodique luxueux, imprimé sur du beau papier. Il faut satisfaire tous les goûts! Le numéro 54 est daté du printemps 2021. Prix 7 euros 50. Introuvable en Suisse, où il coûterait sans doute une quinzaine de francs.

(1) 482 000 représente environ les trois quarts du fonds.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."