Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

Le Leopold Museum de Vienne se dote d'un belvédère en forme de libellule

Laurids Ortner a conçu une terrasse et un pavillon ne servant apparemment à rien d'autre que de jouir d'une vue stupéfiante sur la ville des Habsbourg.

Depuis la terrasse.

Crédits: Wien Info

Une libellule, vole au dessus de Vienne. Il s’agit là d’une image, bien sûr. La chose pèse des tonnes. Il vaut en plus mieux qu’elle ne bouge trop. Si elle le faisait, ce serait synonyme d’écroulement. La bestiole en question est en effet un geste architectural, posé sur le toit du Leopold Museum. A l’arrière tout de même! Il ne fallait pas que la chose se voie trop depuis la place abritant les écuries impériales édifiées au XVIIIe siècle par Johann Bernhard Fischer von Erlach près de la Hofburg. Peu respectueux du patrimoine, le premier projet pour le Leopold Museum s’était vu retoqué après d’interminables polémiques. Même des archistars contemporaines s’étaient montrées choquées (j’ai décidé du féminin, on dit une star…). C’est dire si l’atteinte semblait grave.

Image de synthèse. Ortner & Ortner, Wien Info.

Laurids Ortner a conçu le coléoptère géant. Rien là que de très logique. Avec son frère Mandred (d’où le nom du bureau Ortner & Ortner), l’Autrichien est l’auteur de la version finale du Museumquartier, inauguré en 2001. Un complexe attirant en temps normal 4,5 millions de visiteurs par an. Les mêmes gens, ou d’autres, qui arpentent à quelques mètres de là le Kunshistorisches Museum, l’un des chefs-d’œuvre de l’éclectisme du XIXe siècle, avec son escalier intérieur à grand spectacle. La MQLibelle constitue donc une sorte d’extension au Leopold. Ou plutôt un belvédère. Il s’agit d’offrir gratuitement au public une vue stupéfiante sur la ville depuis une terrasse. Pour l’instant, cette dernière ne sert à rien d’autre. L’institution parle en effet d’un «pavillon multifonctionnel» pour sa partie bâtie, ce qui n’engage vraiment à rien. «En ce moment, nous entendons laisser le champ libre à la simple jouissance du lieu», a déclaré dans la presse Hans-Peter Wipplinger, le directeur du Leopold Museum. Le musée qui, je le rappelle, abrite le plus important ensemble au monde de toiles de Gustav Klimt et d’Egon Schiele.

Anneaux lumineux

Aujourd’hui âgé de 79 ans, Laurids Ortner s’est associé à deux plasticiennes pour sa libellule. Eva Schlegel a créé la façade en verre, surmontée par des installation lumineuses en forme d’anneaux, d’un style un peu Jeux olympiques, de Brigitte Kowanz. En principe, la chose devait se voir inaugurée le 25 août. L’Autriche étant l’un des premiers pays européens à avoir déconfiné, obligeant encontre-partie les gens à rester masqués dans l’espace public, ce sera sans doute possible. Dire que l’événement se révélera festif me semble une autre affaire. Et combien de gens pourront se retrouver, vu les distances sociales, dans le petit kiosque attenant qui proposera des rafraîchissements? Mystère. Cela dit, on aura assez jeté comme cela de froids cette année pour se passer des rafraîchissements...

P.S. La chose a tout de même coûté 7,5 millions d'euros, les travaux ayant duré un an et demi.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."