Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

Le Kunstmuseum de Berne montre les livres illustrés pour enfants d'Ernst Kreidolf

Le Bernois a produit en Allemagne, puis en Suisse, des ouvrages multipliant les plantes magiques et les enfants sages au début du XXe siècle. Désuet, mais charmant.

L'une des planches exposées d'Ernst Kreidolf.

Crédits: Succession Ernst Kreidolf, Kunstmuseum, Berne 2020.

Cela sent Noël, même si l’exposition a débuté le 9 septembre au Kunstmuseum de Berne. Vous me direz qu’à Londres les grands magasins sortent leurs décorations de Noël à ce moment-là, voire fin août… Alors, pourquoi pas? Les fleurs et les fées d’Ernst Kreidolf n’ont en fait pas davantage d’âge que de saisons. Elle semblent de toutes les époques, puisqu’elles nous replongent dans l’enfance de nos grands-parents, voire encore plus haut. La comtesse de Ségur, ou presque!

En 2013, le musée bernois, qui détient un beau fonds Kreidolf, avait déjà consacré au dessinateur une première manifestation. Elle tournait autour de ses représentations de bêtes. Vu son succès, l’institution pouvait récidiver. Visible jusqu’au 10 janvier (le musée devrait avoir rouvert au public après confinement le 15 décembre), «Wachsen, Blühen, Welken», ou «pousser, fleurir et se flétrir», traite des arbres et des plantes. Après l’animal, le végétal. Un véritable cosmos où le fantastique trouve largement sa part. Il y a dans les œuvres du Bernois (1863-1956) un peu du Lewis Carroll d’«Alice aux pays des merveilles», un rien des contes de Beatrix Potter ou un chouïa des albums pour enfants de Kate Greenaway. Tout un monde aujourd’hui bien désuet. Il faut dire que l’essentiel de la carrière de Kreidolf, commencée en Allemagne et poursuivie en Suisse, se situe avant la guerre de 1914.

Cadre un peu triste

Le Kunstmuseum a réservé à ce maître des récits enfantins une série de salles en sous-sol. Ce choix caverneux offre quelque chose d’un peu triste. De confiné, cette fois au sens propre du terme. Ces vitrines sage et ces murs de béton se révèlent peu propices au fantastique. Le visiteur doit sérieusement se concentrer avant de regarder ces aquarelles, où des plantes facétieuses et des enfants bien élevés de naguère jouent comme on le faisait dans les livres pour enfants sages comme des images. Il y a sans doute bien trop aux cimaises de ces charmantes illustrations, d’où un sentiment de répétition. Mais la magie fonctionne encore chez Kreidolf, qui n’était pas pour rien le fils d’un marchand de jouets.

Le public peut ainsi suivre les «Blumen-Märchen» (contes de fleurs) de 1898, les «Schlafende Bäume» (arbres dormants) de 1901 ou «Der Gartenträum» (le jardin du rêve) de 1911. Il y aura d’autres ouvrages illustrés par lui dans les années 1920 à l’intention des petits, dont «Bei den Gnomen und Elfen» (chez les gnomes et les elfes) en 1929. Le style de l’artiste n’a pas varié d’un «iota» avec les décennies. Notons du coup que l’homme s’est fait bien discret par la suite… Il est mort après la Seconde Guerre mondiale. Plus très en phase avec son époque, les «contes fleuris»!

Pratique

«Wachsen, Blühen, Welken», Ernst Kreidolf und die Pflanzen», Kunstmuseum, 12, Hodlerstrasse, Berne, jusqu’au 10 janvier 2021. Tél. 031 328 09 44, site www.kunstmuseumbern.ch Ouvert du mardi au dimanche (en ce moment samedi) de 10h à 17h, jusqu’à 19h le mardi. Attention aux restrictions sanitaires!

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."