Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

Le musée de Bâle remplace la Fondation Staechlin par celle d'Esther Grether

Remue-ménage au bord du Rhin. Les tableaux Staechlin ont été chez les Beyeler. Le musée municipal a trouvé la parade. Il rend aussi aujourd'hui hommage à ses donateurs.

Les tableaux Grether au milieu de ceux du Kunstmuseum. Un doux mélange.

Crédits: Julian Salinas, Kunstmuseum, Bâle 2019.

D'un malheur sort souvent quelque chose de positif. Le Kunstmuseum de Bâle avait fait parler de lui, l'an dernier par le retrait de la Fondation Rudolph Staechlin. Cette dernière a intégré la Fondation Beyeler, avec laquelle le musée municipal poursuit depuis plusieurs années un combat au sommet. Cela dit, accueillir les Staechlin ne constitue pas forcément une partie de plaisir. Son actuel «board», mené par Rudi Staechlin, ne cesse de pencher vers le parti du plus offrant. La collection a même émigré un temps à Fort Worth, au Texas, avant de revenir en Suisse.

Le musée a réagi, tandis que les Beyeler exhibaient leurs nouveaux trophées de chasse. Il a trouvé jusqu'en mars 2020 un nouveau déposant, et non des moindres, avec la Fondation familiale Esther Grether. Une nébuleuse dont sortent quelques-uns des plus précieux tableaux modernes et contemporains vus dans les grandes expositions internationales. Les Grether prêtent dix-neuf toiles. Elles complètent l'ensemble prestigieux du Kunstmuseum, qui connaît comme tout le monde ses lacunes. Les trois Magritte bouchent ainsi un trou, tout comme le Frantisek Kupka ou le Giacomo Balla. Les Giacometti et les Max Ernst renforcent en revanche des points déjà puissants.

Une mécène d'il  y a cent ans

Les œuvres ne sont pas montrées à part. Elles trouvent, comme naturellement, leur place dans le parcours. Dès mars 2020, elles laisseront place à une vision élargie de la Fondation Im Obersteg, arrachée en son temps au Kunstmuseum de Berne. Il faut savoir flatter ceux à qui l'on reste tout de même débiteurs.

Le "Saint Jérôme" de Memling de provenance Burckhardt-Bachofen. Photo Kunstmuseum, Bâle 2019.

Parallèlement, le Kunstmuseum (que dirige Josef Elfenstein) consacre un grand hommage à Louise Bachofen-Burkhardt, morte en 2020 à 75 ans. Cette femme remarquable, qui a passé sa vie à s'effacer devant un mari juriste (elle avait même interdit les hommages à son propre enterrement!) a vécu dans le but d'acheter pour le musée. Elle voulait en faire une institution dépassant enfin les frontières germaniques, pour ne pas dire alémaniques. Elle a donc acquis 305 œuvres, parfois sur le conseil de Wilhelm von Bode, le directeur des musées de Berlin (et de Strasbourg). La fondation créée par ses soins s'est dissoute en 2015. Depuis lors, les 305 tableaux appartiennent de plein droit au Kunstmuseum. Un musée «dont elle changé le visage», explique aujourd'hui Josef Helfenstein. Cette dernière exposition, où tout ne se voit bien sûr pas présenté, dure jusqu’au 29 mars 2020. Elle propose notamment des réalisations de Hans Memling, de Bartolomeo Vivarini, de Nicolas Berchem, de Lucas Cranach ou de Nicolas Maes.

Dix expositions à la fois

Le Kunstmuseum, qui soigne donc ses donateurs passés, présents (avec les époux Furer dont je vous ai déjà parlé) et potentiels, présente en ce moment dix expositions. Qui dit mieux? Pas la Fondation Beyeler, en tout cas...

Pratique

Kunstmuseum, 16, Sankt Alban Graben, Bâle, jusqu'au 1er décembre. Tél. 061 206 62 62, site www.kunstmuseumbasel.ch Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 18h, le mercredi jusqu'à 20h.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."