Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

Le Kunstmuseum de Bâle présente la sculpture très classique de Carl Burckhardt

Mort en 1923 à 45 ans, l'alémanique a voulu marier inspiration antique et avant-gardes contemporaines. Il en ressort un oeuvre intéressant qui méritait de se voir tiré de l'oubli.

La version définitive de "L'Amazone".

Crédits: DR

Rares demeurent les expositions de sculptures. Leur intendance se révèle coûteuse et elles intéressent peu de monde. Presque personne, serais-je tenté de dire, s'il ne s'agit pas de Michel-Ange, de Rodin ou de Giacometti. Alors vous pensez... Il n'y a presque jamais rien pour un artiste peu connu des débuts du XXe siècle, surtout s'il s'agit d'un tenant de l'académisme. Même revisité. Même rajeuni.

Il aura fallu un accord entre le Museo Vicenzo Vela à Ligornetto et le Kunstmuseum de Bâle pour arriver à l'actuel hommage à Carl Burckhardt (1878-1923). Ce dernier est en effet mort dans la localité tessinoise. Là même où était né en 1820 le sculpteur ayant donné son nom au Museo. Il devenait dès lors possible de lier la gerbe. C'est ce qu'a fait Gianna Mina. La directrice du temple Vela a accueilli les œuvres du Bâlois, auquel elle a consacré un livre, paru l'an dernier aux éditions Christian Merian avec l'aide de Tomas Lachman. Maintenant, c'est l'étape alémanique. Notez qu'elle aurait tout aussi bien pu se révéler zurichoise. Burkhardt a vécu de la commande publique dans ces deux villes, exécutant en 1910-1910 les reliefs sur la façade du Kunsthaus.

En plein air

Curatée par Claudia Blank, l'exposition se déroule au rez-de-chaussée du Kunstmuseum, voué aux manifestations en rapport avec la cité. Il y a là de petits bronzes, des œuvres sur pierre, de la terre cuite et les plâtres de plusieurs pièces monumentales. La version finale de «L'Amazone», coulée après la mort prématurée de Burckhard, se trouve ainsi sur le Mittlere Brücke. Celle du «Saint Georges» quelque part dans la Vieille Ville. La monumentale «Vénus» en marbres polychromes, inspirée de sculptures composites de Max Kinhger, est en revanche venue dans sa version définitive du Kunsthaus, à qui elle a été donnée par ses propriétaires il y a quelques années. L'institution zurichoise avait du reste organisé en 2013 une petite manifestation autour de cette entrée spectaculaire dans le fonds (elle était en fait exposée là depuis des décennies).

A quoi ressemble au fait la création de Burchkardt? A une tradition ravivée par les avant-gardes, que l'homme n'a pu ignorer. Parler de «classicisme revu par le cubisme», à l'instar de Gianna Mina, me semble exagéré. Il y a cependant là une simplification, une stylisation même, qui se situent dans le courant moderne. Le tout sans vouloir choquer. La commande publique d'avant 1914, voire celle des débuts du XXe siècle, se voulait consensuelle. Il s'agissait de s'intégrer à des constructions nouvelles inspirées par la fin du XVIIIe siècle. Et cela même pour remplir des fonctions inédites. Burckhardt a conçu deux fontaines juste avant la guerre pour agrémenter l'alors tout nouveau Badischer Banhnhof, qui correspondait au goût sage typique de l'Allemagne de Guillaume II.

Dessins au lavis brun

Burkhardt était par ailleurs un beau dessinateur. Chez lui, tout se met en place grâce à quelques traits de lavis brun à peine. Le Kunstmuseum, qui possède certaines feuilles mais a dû en emprunter d'autres, propose une captivante section graphique. Elle complète le panorama d'un œuvre secondaire, certes, mais intéressant sur le plan historique et artistique.

Pratique

«Carl Burkhardt, Esprit antique, forme moderne», Kunstmuseum, 16, Sankt Alban Graben, Bâle, jusqu'au 14 avril. Tél. 061 206 62 62, site www.kunstmuseumbasel.ch Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 18h, le mercredi jusqu'à 20h.


Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."