Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

Le festival "Mapping" se déroulera dès le 13 mai à Genève. Attention! Edition 2051!

Le programme nocturne est des plus chargés. Cette année, les participants resteront moins exotiques. Cela ne devrait rien changer au résultat attendu.

Aux Bains des Pâquis, avec François Moncarey.

Crédits: MApping, Genève 2021.

Pour un saut, c’est un saut! Après l’édition de 2020, le festival «Mapping», va directement passer à celle de 2051. Car elle a bien eu l’an dernier, la quinzième mouture de cette réunion genevoise des «cultures technologiques et déviantes»! N’allez pas imaginer pour autant des cochonneries, avec le mot «déviant». Cette manifestation bien dans l’air du temps reste en fait très convenable. La «mapping vidéo» reste la manière usuelle de projeter des images (fixes ou non) sur des bâtiments en relief. Il suffit que ces derniers s’y prêtent. Il y a ainsi longtemps que la façade du Musée d’art et d’histoire (MAH) se colore, et ce en dépit de ses colonnes. Quant au Palais Eynard, qui abrite la vénérable mairie de la Ville de Genève, il a récemment servi d’écran pour des dessins un peu frêles de Sempé. Comme le Musée Rath d’ailleurs! Le tout à l’initiative de la non moins respectable Société de Lecture.

C’est du 13 au 23 mai (autrement dit tout soudain) que se déroulera la 16e mouture du festival, dont le programme se voit qualifié par son service de presse d’«hyper chargé». Je vous rassure tout de même. A moins de suivre au Commun les «workshops», seuls éléments payants d’une programmation autrement gratuite, vous n’aurez jamais que vos soirées de sur-occupées. Le «mapping» reste par définition nocturne. La nouba («fête particulièrement réussie», selon un de mes dictionnaires) fondée et animée par Boris Edelstein va néanmoins se répandre dans toute la ville. Il y aura bien sûr des lieux officiels, comme le MAH, le MEG, le Hangar des TPG à la Jonction, le temple de Saint-Gervais ou le Palais Eynard. Mais participeront aussi les Bains des Pâquis, où a été tendu sur l’eau, par des hommes grenouilles, un écran de quinze mètres de large. Il dansera au rythme des vagues. En plus, comme l’an dernier, le festival va investir un certain nombre de magasins vides. Vous me direz que Genève n’en manque pas. Il s’en trouve partout. J’ai ainsi relevé dans le programme aussi bien la place de l’Ile que les rues de Malagnou, Royaume, des Pâquis, ou du Contrat-Social. J’ai même vue citée la Grand-Rue, la Vieille Ville se trouvant en voie de désertification avancée.

Exposition à l'API

L’un des lieux phares des festivités 2021 (pardon, 2051!) sera curieusement l’API, derrière la gare, 25, rue du Vuache. Le sigle cache l’Association du Patrimoine industriel, et ses vieilles machines. C’est là qu’en dehors du «parcours urbain» se situera l’exposition 2021, visible jusqu’au 6 juin de 10h à 17h (sauf le samedi et le dimanche). Ce sera vraiment ici l’alliance de l’ancien et du nouveau puisque, si j’en crois le dossier de presse, les nouvelles technologies se retrouvent «sublimées dans la conscience collective».

Une oeuvre de Morgan Beringer. Photo fournie par le festival Mapping.

Un dernier mot. Par la force des choses, «Mapping» demeurera moins international cette année. Si les images voyagent, leurs auteurs le peuvent nettement moins en 2021. L’essentiel des participants restera donc suisse, français voisin, portugais ou belge. Les Coréens arriveront en fait de Berlin. Que voulez-vous? Le monde se rétrécit provisoirement. Mais pourquoi aussi toujours chercher ce qui se trouve ailleurs? C’est finalement très provincial!

Pratique

Voici le site qui dit tout: www.mappingfestival.com Les projections se déroulent pour la plupart de 21h à 23h30.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."