Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

Le Colisée va retrouver à Rome son sol de l'arène. En bois. Démontable au besoin.

Les travaux commenceront l'année prochaine, pour se terminer en 2023. Avant la pandémie, le monument recevait en moyenne 25 000 visiteurs par jour.

Le Colisée mythifié par le peintre Gérôme en 1859. On y voit le fameux vélum, dont la reconstitution pose bien des problèmes aux archéologues.

Crédits: DR.

On va restaurer le Colisée. Ou plutôt le rendre à une partie de sa fonction première. Les gros travaux de récupération des murs (notamment financé par les chaussures Tod’s, qui y ont mis 25 millions d’euros) ont en effet été menés à bien dans les années 2010. Il s’agira cette fois de restituer l'arène, de manière légère et réversible. Celle-ci a en effet disparu lors de fouilles archéologiques des années 1930, qui ont laissé les substructures à nu. Les touristes (qui ont passé en deux décennies d’un à huit millions par an) sont aujourd’hui massés sur les bords, une passerelle et les gradins. Ils n’ont du coup qu’une vue partielle du monument intérieur, contrairement à ce qui se passe à Nîmes, à Arles ou à Vérone.

Pour ces travaux, qui devraient commencer début 2022 pour se terminer en 2023, il faut un plancher, construit pour 15 millions. Un parquet à la fois résistant aux éléments et démontable au besoin. Un ensemble de lamelles qui assurerait une ventilation naturelle aux souterrains. C’est une entreprise milanaise qui a remporté le concours international, qui a rameuté onze participants hautement spécialisés. L’accoya se verra utilisé. Autrement dit un pin américain particulièrement solide. Discret, le résultat répond selon le ministre de la Culture Dario Franceschini à trois buts. Il s’agit de récupérer l’image originelle de l’édifice, restée telle quelle jusque vers 1900. De conserver la partie archéologique, qui tend à s’éroder. D’évoquer la machinerie, d’une extrême complexité, présidant aux jeux qui se sont tenus là de 80 de notre ère à 523 au moins. Donc en pleine période chrétienne. Il y avait alors encore des chasses, mais plus de de gladiateurs tout de même.

Carrière, puis église

Rappelons que le monument aujourd’hui conservé par Alfonsina Russo a pris, après la mort de Néron en 68, la place d’une partie de la Domus Aurea de l’empereur, frappé de «damnation memoriae». L’amphithéâtre, qui pouvait accueillir entre 50 000 et 55 000 spectateurs, se trouvait du coup en centre ville, ce qui était inhabituel pour des Romains. Ceux-ci pouvaient y assister, environ quatre fois pas an, à des jeux combinant exécutions capitales, chasses aux animaux sauvages (importés d’Asie et d’Afrique), batailles navales, combats de gladiateurs et autres spectacles sanglants. Tous les empereurs, y compris les plus mesurés, ont ainsi alimenté les besoins populaires. Trajan a ainsi offert en 107 des fêtes de 123 jours. Après son abandon vers 550, le Colisée a servi un peu de tout, y compris de carrière, D’où son étant lacunaire actuel. Il aura fallu qu’un pape du XVIIIe siècle le transforme en lieu de culte dédié aux martyrs chrétiens (et donc le sanctifie) pour que les Romains cessent de pouvoir s’y ravitailler pour leurs constructions nouvelles.

Et à quoi servira le Colisée avec plancher? De belvédère, même si nous sommes au niveau du sol. A des événements culturels. Dario Franceschini a néanmoins précisé que le «colosse» ne deviendra pas une salle de spectacle en plein air.

Cet article est le premier d’une série de trois parus aujourd’hui. Il y a des moments où l’actualité (ici italienne) tend à s’agiter un peu.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."