Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

Le cinéma Plaza est désormais sauvé. Mais quelle belle "genevoiserie"!

La Fondation Willsdorf a racheté mercredi le bien pour en faire un lieu culturel voué au 7e art. Je vous retrace l'affaire, dont on tend à gommer soigneusement les zones d'ombre!

Le Plaza en 1955. Je le sais à cause du titre de ce film de Marcel Carné.

Crédits: DR

J'aurais pu en parler comme tout le monde il y a deux jours. Il m'a semblé plus logique d'annoncer le sauvetage in extremis du cinéma La Plaza à Genève avec un article consacré au patrimoine. A propos des «Journées» des 14 et 15 septembre, bien sûr. J'avais envie de faire honte à cette occasion au Grand Conseil. Il n'a pas eu le beau rôle dans cette affaire, en refusant de faire suivre une pétition début 2019. Au Conseil d'Etat aussi. On se souvient qu'une initiative avait été lancée pour sauver l'un des chefs-d’œuvre de Marc-André Saugey, construit en 1952. Elle avait récolé 11 300 signatures. Il aurait dû logiquement y avoir votation. Eh bien, elle n'a jamais été organisée, le gouvernement ayant décrété à la suite d'acrobaties juridiques qu'il pouvait s'en dispenser! La honte... Le camouflet infligé à la démocratie... Je vous avais d'ailleurs dit ce que j'en pensais à l'époque. La salle, aux mains d'une société à capitaux italiens, semblait du coup vouée à la pioche. Il y aurait eu à sa place, suivant les époques, un centre commercial ou un parking.

Et puis, au final, c'est la Fondation Wilsdorf, celle voulant en principe que son nom ne soit pas cité, qui a emporté l'affaire, annoncée le 7 août pour un montant financier inconnu. L'ensemble sera maintenu. Mieux encore, il se verra restauré dans les règles de l'art. Je vous rappelle que Le Plaza comportait une prouesse pour son époque. Il s'agit de sa poutraison en aluminium. Le reste de la salle, plusieurs fois remodelée afin de diminuer le nombre de sièges (il y en avait au départ 1250), a en revanche souffert. Le cinéma a fini par fermer en 2004. Il n'a alors pas fait partie du classement comme monument historique, contrairement au reste du complexe immobilier de Saugey à Chantepoulet. Pas rentable! Genève a pourtant classé Le Plaza par la suite en 2009. Recours du propriétaire. L'affaire a grimpé en Justice. Très haut. Le Tribunal Fédéral, qui donne souvent l'impression d'avoir le cœur à droite, a vu le maintien du Plaza comme une entrave à la liberté du commerce. Il fallait le dire vite, mais il l'a dit. Il n'aurait alors plus resté au Canton qu'à racheter l'ensemble pour un paquet de millions. On a parlé à un certain moment de 100.

Pour les festivals

Que va faire la Fondation Wilsdorf de son emplette? Une fondation fille. L'étude pour tirer aux mieux parti du Plaza a été confié au tentaculaire Jean-Pierre Greff. Le directeur de la HEAD. Il s'agira, à ce que l'on dit, d'un lieu pouvant notamment servir aux nombreux festivals du film implantés à Genève. En attendant, la Fondation va demander le classement du Plaza. Avouez que la chose ne manque pas de sel. Elle espère l'obtenir. Ce serait tout de même un comble si elle n'y parvenait pas. Mais je vous rappelle tout de même que nous sommes à Genève.

Ceci dit, il faudra un certain temps avant de retrouver comme spectateur la salle. Elle passait à l'époque pour la plus belle de Genève, même si Le Paris (actuel Auditorium Arditi) du même Saugey, lui aussi sauvé à l'arraché de la démolition, possède ses défenseurs. Le Rialto du début des années 1930, s'est pour sa part fragmenté en multi-salles, puis il a fermé. Ses portes restent hermétiquement closes depuis bien des années...

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."