Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

Le château de Tournel, en Lozère, cherche des mécènes. Mais il est en Lozère...

Les ruines du XIIe siècle menacent de s'écrouler. Il faut 700 000 euros, d'où une souscription nationale. On n'en a hélas en France que pour Paris. La cagnotte reste presque vide.

Le château, tel qu'il se présente aujourd'hui.

Crédits: Commune de Mont-Luzin et Goulet

C'est une histoire appelée à se répéter, voire à se multiplier. Nous sommes dans la Lozère. Autrement dit en plein milieu de cette «diagonale du vide» qui commence à terrifier les politiciens français. Le château de Tournel est au plus mal. Cette bâtisse des débuts du XIIe siècle a supporté les guerres et les révolutions. L'indifférence lui convient plus mal. Le bâtiment se trouve aujourd'hui en ruines, et chacun sait que rien ne se révèle plus coûteux à entretenir que des ruines. Il faut donc 700 000 euros pour des travaux de consolidation, les travaux devant commencer cet automne.

Stéphane Bern a bien sûr réagi. Tournel figurera dans les bénéficiaires du prochain Loto patrimonial. Ce n'est hélas pas suffisant. Le Département a mis 200 000 euros dans la cagnotte. L'Etat 20 000, ce qui tient de l'aumône. Il faut des donateurs. Pascal Beaury, le maire de Mont-Luzin et Goulet, a donc lancé une souscription publique. Le montant à atteindre est de 100 000 euros. Las! Au moment où l'histoire parvenait à trouver une petite place dans les colonnes du «Figaro», il n'y en avait que 285 dans la caisse. Une misère.

Projet à la mode

La commune s'est pourtant fendue d'un projet avec des ingrédients à la mode. J'ai ainsi appris que «la numérisation pierre à pierre réalisée grâce à un laser permettra de créer une reconstitution 3D en réalité augmentée accessible sur smartphone via une application.» Après tout, pourquoi pas? Mais nous sommes dans une région pauvre et peu touristique de la France profonde. Autant dire qu'elle ne bénéficiera pas des mannes incroyables, indécentes en regard, prévues pour Notre-Dame ou le Grand Palais de Paris. Je crois ici que je me répète un peu, mais certaines choses me semblent tout de même à rappeler.

Tournel est un pierrer. Donc inhabitable. Mais il y a partout en France des châteaux cherchant un repreneur. Ils sont trop isolés. Trop cher à entretenir. Glaciaux en hiver. Devenir châtelain, rêve qui tenait de la consécration sociale jusque dans les années 1950, ne fait plus envie à personne. Stéphane Bern, toujours lui, estimait dans une déclaration déjà ancienne, qu'il y avait en France quelque chose comme 2000 châteaux à vendre en France. Quelquefois pour une bouchée de pain. C'est ensuite qu'ils deviennent gourmands. Et encore, ceux situés en France gardent-il en général des proportions raisonnables! Pensez à la taille des Houses, des Manors ou des Halls britanniques! Ils se révèlent souvent des palais.

Et en Suisse?

Tout va-t-il un jour s'écrouler dans les départements enclavés de France? Faudra-t-il pratiquer des choix? Selon quels critères? Et pour qui? Il serait temps que nos voisins se posent ces questions. Ceci dit, même la Suisse romande tire la langue. La vente en décembre dernier, pour quelque chose comme 50 millions, d'un Hauteville veveysan en piteux état (mais avec du terrain et une vue sublime) tient du miracle. Il est vrai que l'acheteuse est une université américaine proche des évangélistes les plus stricts. L'Eglise du Christ... On ne va pas rigoler à Hauteville!

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."