Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

LAUSANNE/Tarik Hayward s'accroche au Musée cantonal des beaux-arts

Crédits: 24 Heures

Son nom et son prénom entrent en collision, sans annoncer pour autant ses attaches vaudoises. Si Tarik fleure le Moyen-Orient, Hayward renvoie plutôt à Hollywood, avec la flamboyante Susan et le traître de mélodrame Louis. Qu'importe! Né en 1979 à Ibiza, Tarik Hayward a réussi à se faire connaître en Suisse. On le voit désormais partout, et même ailleurs. Il a gagné la Triennale de la sculpture à Dorigny en 2013. Il a reçu le Prix Irène Reymond en 2014. On le distinguait de loin au parcours sculptures de Môtiers en 2015. L'homme a brillé aux Swiss Art Awards en 2016. Le voici au Musée cantonal des beaux-arts de Lausanne (mcb-a) en 2017. Et j'ai bien sûr sauté quelques épisodes. 

Avant de passer à sa prestation «Neutral Density», qui concrétise son prix Accrochage Vaud de l'an dernier, quelques informations. Tarik a commencé comme photographe. Il a fondé avec Sami Benhadj et Guy Meldem le collectif Körner Union en 1999. Il s'agissait d'une agence de graphisme. L'artiste a ensuite obtenu un master en arts visuels à l'ECAL lausannois. Il se concentre depuis sur sa pratique personnelle, qui se situe quelque part entre la sculpture proprement dite, la performance, l'Arte Povera et le Land Art, le tout avec un chouïa d'architecture vernaculaire. Une teinte nettement écologique lie ces attitudes en apparence divergentes. Il faut ainsi souligner l'action de Tarik en faveur de matériaux pauvres et délaissés comme le pykrete, qui mêle la sciure et la glace, la première ralentissant la fonte de la seconde. Le papercrete, qui inclut du papier dans du ciment. Et bien sûr le compost.

Huiles de récupération 

Dans sa maison de la Vallée de Joux, construite de ses mains, Tarik a conçu pour le mcb-a deux choses bien différentes. A l'intention de la salle Emilie-David, au sol pour l'occasion recouvert de sciure comme une piste de cirque ou un café populaire d'avant-guerre, il y a une série de sculptures murales. Entre deux vitres épaisses, qui laissent transparaître le mur, l'artiste a placé des huiles usagées, récupérées aussi bien dans des restaurants, des fast-foods ou des garages que des ateliers mécaniques. Leur coloration va du jaune pipi au brun acajou. Il s'agit à la fois pour lui de recycler et de créer des fluides. Avec tout ce que cela suppose. En dépit des joints posés sur les vitres, il a coulé du liquide par terre. Si vous pensiez installer un Tarik Hayward de cet acabit dans votre salon, je vous le déconseillerais. Mauvais pour la moquette ou le parquet! 

En parallèle, l'homme propose un livre intitulé «Ink Injet». Là aussi, il s'agit d'aller contre notre société du tout-à-jeter. «Chaque exemplaire est un objet unique produit par la petite imprimerie alternative mise en place dans l'atelier.» L'artiste détourne des imprimantes de leurs obsolescence prévue avec l'aide de logiciels pirates (je rêverais de savoir faire ça!). Il les alimente par des bidons d'encre. Des tuyaux rejettent l'excédent de liquide vers l'extérieur. La machine en devient presque un être humain sous perfusion. L'ouvrage peut être commandé auprès du mcb-a, qui l'a coproduit avec Oraibi Books. Lui ne salira pas votre bibliothèque. C'est promis!

Pratique 

«Tarik Hayward, Neutral Density», Musée cantonal des beaux-arts, 6, place de la Riponne, Lausanne, jusqu'au 23 avril. Tél. 021 316 34 45, site www.mcba.ch Ouvert mardi, mercredi et vendredi de 11h à 18h, le jeudi jusqu'à 20h, les samedis et dimanches de 11h à 17h.

Photo (24 Heures): Tarik Hayward devant son installation de Dorigny en 2013. Elle se modifiait avec les saisons.

 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."