Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

LAUSANNE/Le Lab'Elysée invite à envoyer sa "photo la plus importante"

Crédits: Musée de l'Elysée

Oui, évidemment, c'est beaucoup. Chaque seconde, 2263 images se voient en moyenne postées sur Facebook. Il y a parallèlement plus de 95 millions de photos et de vidéos inédites tous les jours sur Instagram. Perdues dans la masse, les jeunes générations n'ont aucune idée de ce qu'a pu être la rareté de l'image. Jusqu'au XVe siècle, elle restait exceptionnelle. La gravure, alors imprimée à un grand nombre d'exemplaires, a légèrement modifié la donne. La photo s'est vulgarisée dès la fin du XIXe siècle, mais tirée en peu d'exemplaires. Est ensuite venue la presse illustrée. Le cinéma. La TV. Le déferlement actuel reste cependant tout récent. 

L'Eysée ne pouvait pas rester insensible devant ce flot éphémère, dans la mesure où il se voit sans cesse renouvelé. Il vient donc d'ouvrir un Lab'Elysée (comme labellisé?). Son but est de «tester, questionner et comprendre les mutations induites par la numérisation de la société.» Des changements différents selon les générations. Ce petit lieu, situé à l'étage du musée, préfigure l'espace dédié au numérique à Plateforme10 en 2021. «Les propositions, en marge des expositions, feront alterner installations participatives, conférences et actions spécifiques sur le Web et les réseaux sociaux.» Il ne faut pas oublier que l'Elysée, bien que seulement trentenaire, doit aller à la rencontre de nouveaux publics. Plus jeunes, comme de bien entendu.

Une idée de rareté 

L'action actuelle renvoie à la case départ. La rareté. L'Elysée appelle à choisir de manière drastique. Les participants doivent envoyer «l'image la plus importante de leur smartphone». Une seule. Voilà qui invite à la réflexion et à l'idée de tri. La photo en question va se retrouver tirée au mur, dans ce qui forme une œuvre collective. Les expéditeurs cèdent du coup l'image et ses droits d'utilisation. Ils ont évalué au préalable la portée de leur envoi, car toute cela se retrouve sur #ceciest important. L'installation est montée avec Happy City Lab, puisque le virtuel est supposé tous nous rendre heureux. Il ne me reste plus qu'à vous donner l'adresse: www.elysee.ch/lab On peut aussi expédier son préféré à ceciestimportant@gmail.com Les curieux n'ont plus quà se rendre enfin à l'Elysée. Attirer du monde fait bien entendu partie du but... 

Photo (Musée de l'Elysée): Un mur des images envoyées.

Texte intercalaire.

 

 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."