Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

L'Ariana genevois nous invite avec une collectionneuse "A la table de l'art moderne"

De 1919 à 1937 environ, l'Allemagne a produit une céramique courante à décor géométrique proche des courants les plus audacieux du Bauhaus, strictement contemporain.

Chez Nathalie Mouriquand, dans son ancienne cuisine.

Crédits: Anneliese Hoffmann, Musée Ariana, Genève 2019.

La céramique, même en musée, ne se limite pas aux Sèves royaux ou aux plus coûteuses créations des potiers américains ou japonais actuels. Il existe toute une production modeste, parfois à la limite de l'industriel. L'Ariana genevois peut donc nous inviter aujourd'hui «A la table de l'art moderne». Une table se situant plus souvent à la cuisine qu'à la salle à manger. D'ailleurs, Nathalie Mouriquand, qui prête l'ensemble des 117 pièces présentées dans des vitrines du premier étage, les présentait au départ près de son potager ou de son évier. «Puis j'ai commencé à avoir trop de choses et je me suis mise à les conserver dans des cartons.» Un début bien utile, puisque mon interlocutrice est aujourd'hui en train de déménager.

Nathalie Mouriquand s'intéresse, en tant que collectionneuse, à un seul type d'objets. Il s'agit de la vaisselle diffusée avec des décors réalisés à l'aérographe en Allemagne par la République de Weimar à partir de 1919. Le pays se trouvait pour la première fois sous un régime démocratique, mais dans un état économique souvent épouvantable. «C'est aussi l'année de fondation, précisément à Weimar, du Bauhaus», situe en contexte Stanislas Anthonioz, commissaire de l'exposition. Il y a eu, au propre comme au figuré, des vases communicants. «J'ai été surprise de découvrir», reprend Nathalie, «à quel point le graphisme le plus moderne inventé par cette école s'était rapidement communiqué à une production populaire. Certains plats à gâteau ronds, vendus par différentes fabriques à travers le pays, reflètent ainsi Klee ou Kandinsky.» Ils étaient pourtant destinés aux acheteurs moyens, contrairement à la porcelaine révolutionnaire soviétique à décor suprématiste, qui sortait au même moment des anciennes manufactures impériales.

Débuts aux Puces

Comment les choses ont-elles commencé pour Nathalie Mouriquand? Par hasard, bien sûr! «Je cherchais des flacons de parfum, en me concentrant sur ceux qui possédaient un bouchon émerisé. Pour cela, je fréquentais les Puces, principalement celles de Plainpalais à Genève. Ils devenaient plus difficile à trouver. En regardant bien, je me suis mise à voir des céramiques aux beaux décors géométriques. J'ai ainsi acquis ma première pièce, que je trouve rétrospectivement très médiocre. C'était une chocolatière jaunâtre, avec des nuances brun noir. Nous sommes en 1979.» Facile de continuer! Avec une attention un peu soutenue, il demeurait facile à l'époque de trouver des faïences fines analogues un peu partout. Dans les années 1980, on liquidait en Suisse romande les appartements de gens nés vers 1910. «La production de Weimar s'est diffusée au loin à l'époque», rappelle Stanislas Anthonioz, Sauf en France, pour des raisons autant politiques que de goût national. Chez nos voisins, les consommateurs restaient frileusement petites fleurs.

Un plat et une pendule. Une modernité absolue pour l'époque. Photo Jean-Marc Cherix, Musée de l'Ariana, Genève 2019.

La collectionneuse a donc constitué des séries. Il faut dire qu'en regardant les catalogues d'époque, l'amateur découvre qu'il existe beaucoup de modèles, déclinés dans davantage encore de décors et de couleurs. «J'ai privilégié les plus audacieux. Je voulais éviter ce que cette production de masse peut garder de gnangnan. Je garde une préférence pour les plateaux dont le vous parlais tout à l'heure, souvent cerclés de métal pauvre. Ce sont eux qui se rapprochent le plus, par la force des choses, des tableaux les plus audacieux de ces années.» Aucune marque ne se voit privilégiée. Il reste d'ailleurs difficile, en l'état d'une recherche ne faisant que débuter, de savoir de quels fours sortent les pièces anonymes. Il en va d'ailleurs de même pour la suite. Les pots et vases germaniques des décennies d'après-guerre. Une création industrielle qui a peu à peu remplacé aux Puces celle des années 1920 et 1930. Le temps passe inexorablement...

Arrêt brutal après 1937

L'exposition se termine aux alentours de 1937. Pourquoi cette date? A cause bien sûr de la montée du nazisme, plus lent à imposer son empreinte sur les objets du quotidien que sur les beaux-arts. «Le Bauhaus a brutalement fermé en 1933», explique Stanislas, «Mais il en est resté un temps une influence diffuse sur la céramique de grande consommation.» En 1937 se déroule la fameuse exposition sur l'«art dégénéré», qui connaît plusieurs étapes dans les villes importantes du Reich. Certaines choses ne restent plus possibles, alors même que l'Italie mussolinienne se veut au même moment ultra-moderne. «Les petites fleurs reviennent en force, même si elles sont parfois stylisées. J'ai cependant noté, même dans certains catalogues tardifs, la présence d'un ou deux motifs géométriques.»

Trois petits plateaux. Si fleurs il y a , elles sont très stylisées. Photo Jean-Marc Cherix, Musée Ariana, Genève 2019.

La collection n'est pas terminée à l'heure actuelle, mais fortement ralentie. La dernière trouvaille est récemment sortie du Centre social protestant. «Je dois avoir 500 pièces, et il s'agit pour moi de trouver d'autres modèles, même si je reste prête à acquérir un doublon très bon marché.» Et pour cause! Cette faïence se révèle fragile. «Il y a eu un peu de casse, dont je me sens responsable», avoue Nathalie Mouriquand La production de la République de Weimar tend surtout à se raréfier. Les prix ce l'e-commerce ou dans les ventes ont augmenté. Parfois considérablement. «On sent, surtout en Allemagne, un intérêt, s'étendant aux musées.» Plusieurs expositions ont eu lieu, les premières remontant déjà à la seconde moité des années 1980. Bref, la céramique sous influence du Bauhaus, qui fête ses 100 ans en 2019, est entrée non seulement dans l'Histoire, mais dans celle de l'art. Les Puces, comme chacun sait, sont non seulement la fin mais aussi le début des objets.

Pratique

«A la table de l'art moderne», Ariana , 10, avenue de la Paix, Genève, jusqu'au 8 septembre. Tél. 022 418 54 50, site www.ariana-geneve.ch Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 18h. Pas de catalogue, mais une brochure donnée au visiteur. Elle comporte des textes de Stanislas Anthonioz et de Claire Stoullig.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."