Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

L'Ariana dévoile à Genève son "Cabinet des corps exquis"

Le musée du verre et de la céramique s'est allié au Fonds municipal d'art contemporain. L'exposition se présente à la fois comme un dialogue et comme un jeu proposé au visiteur.

Fragment d'une pièce de Baptiste Gaillard provenant du FMAC

Crédits: Ariana, Genève 2019.

Il n'y a pas besoin de remuer Ciel et Terre pour créer une exposition. Surtout quand elle propose des terres cuites. L'Ariana le prouve une nouvelle fois en regroupant sous le titre de «Cabinet des corps exquis» des pièces issues de ses collections, mélangées à d'autres provenant du Fonds municipal d'art contemporain (ou FMAC). Pas ici d'emprunts aussi coûteux que lointains! Tout appartient à la Ville de Genève. Il suffisait de fouiller dans les réserves, avant que celles-ci ne partent au Carré vert d'Artamis. Un déménagement qui ne va pas sans m'inquiéter personnellement. Vu l'extrême proximité du Rhône, faudra-t-il un jour visiter ce patrimoine en scaphandre? Les mauvaises langues assurent déjà que des fissures seraient apparues au niveau du deuxième sous-sol...

Mais revenons à l'exposition, conçue en «pool», en duo ou en tandem par Ana Quintero-Perez et Stéphane Cecconi (dont les noms auraient mérité de figurer dans le dossier de presse, écrit en charabia inclusif). Une exposition conçue sous forme de promenade tout en associations d'idées. «Nous nous sommes baladé dans les caves», explique Stéphane, qui représente le FMAC. «J'y ai découvert beaucoup d'objets surprenants par leurs formes ou leurs couleurs. Nous avons décidé de nous limiter à la création moderne et contemporaine.» «Avec quelques exceptions tout de même», complète Ana, de l'Ariana. «Il y a chez nous des pièces très baroques qui correspondent bien à toute une frange de la création actuelle.» De toute manière, il s'agit là d'un jeu de piste. «Chacun accomplira le parcours à sa guise, en faisant les associations d'idées qu'il voudra.»

Rapports avec Genève au FMAC

Certains couples n'en apparaissent pas moins évidents. Il y en a notamment un assez cru sur le sexe, qui ne pouvaient émaner que de créatrices. Seules les femmes demeurent aujourd'hui autorisées à faire de l'érotisme lourd. D'autres se font plus elliptiques. Je pourrais parler de rencontres. «Il fallait tenir compte de nos fonds respectifs», repend Ana. «L'Ariana est entièrement dévolu au verre et à la céramique, alors que celle-ci n'entre que de manière incidente au FMAC.» «Créé en 1950, le FMAC vise avant tout à soutenir la production locale, au sens le plus large. Nous accueillons les pièces de tous types créées par des artistes entretenant des rapports avec Genève», précise Stéphane. C'est le cas bien sûr de Philippe Barde ou de Jean-Marie Borgeaud, mais aussi de Setsuko Nagasawa, qui a longtemps enseigné dans ce qui est aujourd'hui devenu la HEAD.

L'affiche. Photo Ariana, Genève 2019.

L'Ariana, lui, ne connaît pas de telles restrictions géographiques. Il est par tradition national et international. «Les visiteurs reconnaîtront dans notre sélection des artistes faisant en quelque sorte partie de notre identité», assure Ana. Effectivement! Bien des pièces diront quelque chose aux habitués, même si ce n'est pas exactement celles-ci qui ont été présentées jusqu'ici. Daphné Corregan voisine avec Charlotte Mary Pack, «primée lors du dernier Parcours carougeois». Akio Takamori et Gundi Dietz ont bénéficié de leur exposition à l'Ariana, tout comme Audrius Janusonis ou François Ruegg. Il est bon que les musées possèdent ainsi quelques créateurs identitaires. Beaucoup se révèlent ici tourmentés, mais c'est un choix. Difficile de faire plus fleuri que la Roumaine Ioana Setran ou le plat à la Bernard Palissy imaginé par le Portugais Manuel Cipriano Gomes vers 1880. Cela dit, Adriana Hartley ou Carlo Zauli donnent parallèlement dans le minimalisme. Il y a plusieurs maisons dans la demeure de mon père, lit-on déjà dans la Bible...

Peintures et dessins

La céramique n'occupe pas l'intégralité de ce «Cabinet des corps exquis, ainsi nommé «à cause des cadavres exquis des surréalistes». La poterie restant très minoritaire dans le fonds du FMAC, celui-ci propose également des peintures et des dessins, ce qui garnit au premier étage de l'Ariana des murs en principe laissés vierges. Là aussi, l'amateur retrouvera des gens connus. Ils vont d'Amy O'Neill, repartie depuis pour New York, à Ulla von Brandenburg, naguère accueillie au Mamco, en passant par le Neuchâtelois Jonathan Delachaux, qui a beaucoup exposé à Genève. «Nous ne faisons pas de différence selon les techniques», précise à ce propos Stéphane Cecconi. «De nos jours, les plasticiens utilisent une quantité de médias. Il s'agit pour nous d'en rendre compte.»

Je terminerai en disant qu'une telle exposition, légère et ludique, fait autant de bien à l'Ariana qu'au Fonds municipal. Aujourd'hui dirigé par Michèle Freiburghaus, ce dernier a en effet bien bien besoin de visibilité, même s'il ne reste pas aussi caché du public que celui du Canton, qui tient de presque de la maison close. «Nous avons chaque année l'occasion de nous montrer à Artgenève», conclut Stéphane. «Ìl y a quelque semaines, nous avons pu présenter nos dessins au Commun du Bâtiment d'art contemporain, ou BAC. Nous ne pouvions pas laisser passer une occasion comme nous l'offre aujourd'hui l'Ariana. Ce que nous acquerrons fait partie des biens publics.»

Pratique

«Cabinet des corps exquis», Ariana, 10, avenue de la Paix, Genève, jusqu'au 8 septembre. Tél. 022 418 54 50, site www.ariana-geneve.ch Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 18h.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."