Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

L'architecte Richard Rogers termine sa carrière avec une passerelle à Château Lacoste

L'Italo-britannique a quitté son bureau l'an dernier à 87 ans. Il aura beaucoup donné en un demi siècle. "Le Bâtiment" est arrimé dans des arbres du Lubéron.

"Le Bâtiment", entre Ciel et Terre.

Crédits: James Reeve.

Les oiseaux font des nids. Les enfants construisent des cabanes sylvestres. Marguerite Duras a écrit «Des journées entières dans les arbres». Richard Rogers vient, lui, de mener à bien la construction d’une sorte de passerelle dans les bois parsemant le domaine de Château Lacoste, dans le Lubéron. Sobrement intitulée «Le Bâtiment», la chose aura pris son temps. Il s’agit là d’un projet de 2011. L’année même où le collectionneur irlandais Paddy McKillen a ouvert au public, sous forme de circuit d’art contemporain, son vénérable domaine viticole de 125 hectares.

Ce richissime personnage reprenait ainsi à son compte l’idée lancée par le Campus de Vitra dans les années 1980. On sait que ce site de Weil am Rhein, situé en Allemagne à quelques mètres du canton de Bâle, se proposait alors de réunir des œuvres et constructions de tout ce qui comptait alors dans l’architecture et le design. McKillen a rassemblé au fil des ans ce qui importait (en réputation comme en devises financières) dans le domaine des beaux-arts au début du nouveau millénaire. La visite de Château Lacoste ressemble du coup à une sorte de carnet mondain. Oui, il y a le Louis Bourgeois géant! Bien sûr, Renzo Piano, Jean Nouvel ou Tadao Ando ont chacun conçu un pavillon! Aucune surprise. D’où un certain agacement lorsque j’y suis allé. Il n’y a là que des noms célèbres, avec des créations caractéristiques. Manquait celui de Rogers, qu’Elizabeth II a fait baron de Riverside en 1991.

Un lieu d'exposition

L’homme a donc proposé un lieu d’exposition de 120 mètres carrés dans les arbres. Plus simple à dire qu’à faire! Il a fallu un énorme (et coûteux) travail d’ingénierie afin de fixer la lourde chose depuis le sol. Ce d’autant plus que cette espèce de pont ne tient que d’un côté. Même pas les deux! Cette performance devrait rester la dernière de son auteur, qui a annoncé sa retraite à 87 ans. Il faut dire que le Florentin de naissance a beaucoup donné seul, puis en association avec Norman Foster, en duo avec Renzo Piano (le Centre Pompidou, ouvert en 1977) ou enfin à la tête du bureau Rogers Sirk Harbour & Partners. Un des plus importants du monde, qu’il a librement quitté en 2020. Chaque affaire en son temps! Une chose ne trompe pas. La maison qu’il avait conçu à ses débuts pour lui et sa femme a déjà été classée monument historique!

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."