Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

L'architecte Ieoh Min Pei est mort à 102 ans. Retour sur un parcours très muséal

Le Sino-Américain faisait partie des modernistes, mais il savait s'adapter au terrain. Paris, Washington, Doha ou Luxembourg lui doivent des musées phares.

Un Asiatique souriant aux lunettes rondes, héritées du Corbusier.

Crédits: AP

L'architecture, ça conserve! Oscar Niemeyer est mort à la veille de ses 105 ans en 2012. Ieoh Ming Pei vient de s'éteindre à 102 ans accomplis, le 16 mai 2019. D'où les nécrologies actuelles, dont les versions françaises s'attardent un peu trop sur la seule Pyramide du Louvre (1). Et je vous signale à tout hasard que Frank Gehry, l'homme du métier dont on parle peut-être le plus aujourd'hui, à fêté ses 90 ans en février dernier. Apparemment en pleine forme.

Pei est né à Canton en 1917. Sa famille vient de Suzhou, «la Venise chinoise». Elle se situe au sommet de la hiérarchie sociale, alors que le pays est entré en république depuis 1911. Son père finit par diriger à Shanghai la Banque de Chine, dont son fils refera un jour le bâtiment de Hongkong. L'enseignement tel qu'il se voit dispensé en Chine, avec une rigueur confinant à la raideur, convient mal à un jeune homme ayant perdu sa mère à 13 ans. Il part en 1935 étudier aux Etats-Unis. Grandes écoles. Brillant sujet. L'immigré suit notamment les cours de l'Allemand Walter Gropius, ce qui ne rajeunit personne. Il se retrouve du coup avec plusieurs diplômes, dont celui de la Design School de Harvard, obtenu en 1948. La même année, le débutant se voit recruté par le promoteur immobilier William Zeckendorf.

Le coup de pouce de Jackie Kennedy

En 1948, l'homme sait déjà ce qu'il veut, et surtout ce qu'il ne veut pas. Il s'agit d'un moderniste, à une époque où la bataille fait encore rage entre les tenants du style Beaux-Arts, qui surchargent leurs gratte-ciel de colonnes à l'antique ou de décors sculptés (personnellement, j'aime bien, mais j'ai aujourd'hui là un goût dissident) et ceux d'un style puriste inspiré par le Bauhaus. Une sorte de Bauhaus surdimensionné. Il suffit de voir un film comme «Le Rebelle» de King Vidor (1949), où Gary Cooper incarne un bâtisseur entendant briser les vieilles règles. La progression personnelle de Pei reste cependant lente. Les spécialistes s'accordent aujourd'hui à écrire que sa carrière personnelle a pris l'ascenseur quand Jackie Kennedy l'a choisi en 1964 pour imaginer la JFK Library, prévue près de Boston. L'édifice ne se verra inauguré qu'en 1979. La future Jackie O n'est alors pas seulement une veuve de président. Il s'agit d'une arbitre du goût aux Etats-Unis.

Poignée de mains historique. Pei et François Mitterrand. Photo AFP.

Dès lors, les commandes se multiplient pour Pei, qui forme son propre bureau en 1966. Pei, Lobb, Freed & Partners remplit son carnet en Amérique et ailleurs. Mais peu en Europe. Il se voit bien sûr amené à construire des musées, qui font de plus en plus office de cathédrales modernes. Pei crée ainsi la sensation en 1983, année où il reçoit par ailleurs le prix Pritzker, avec sa nouvelle aile de la National Gallery de Washington. Il s'agit d'un geste architectural sans doute davantage destiné aux «trustees» et au public qu'aux collections proprement dites. Il y a notamment là un gigantesque hall. Il tape dans l’œil de François Mitterrand, président de la République française depuis 1981. Ce dernier va vouloir le Sino-Américain (Pei a son passeport US depuis 1954) pour son Grand Louvre en gestation. Il faut notamment au palais une entrée, que le socialiste veut moderne.

Polémiques innombrables à Paris

Raconter les polémiques que va engendrer cette décision remplirait plusieurs pages de ce site. On n'a rarement vu, même en France, autant d'agitation patrimoniale et culturelle. Je me souviens pourtant d'une place naguère occupée par un square, faiblement éclairé la nuit grâce à quelques réverbères. Il servait aux chiens du quartier à faire le soir leur promenade hygiénique. La Pyramide a fini par se construire, après apaisement des conflits et plusieurs années de fouilles archéologiques aux résultats palpitants. Le résultat a fait l'unanimité. Mais pour, cette fois. On sait que la Pyramide s'est révélée depuis insuffisante comme dégagement. Elle s'est du coup vue modifiée à l'intérieur, avec le plein accord de I.M. (comme «I am») Pei.

Le hall de la National Gallery de Washington. Photo Agence Pei, Lobb et Freed & Partners.

La publicité, même mauvaise, produit toujours un résultat. Notre homme, au visage souriant avec des lunettes rondes (un héritage de Le Corbusier), se voit désormais adopté partout. Même en Chine, où il n'est pas revenu depuis bien longtemps. Le libéralisme économique adopté par un pays officiellement communiste exige d'énormes bâtiments modernistes. Très hauts, sutout. Ce sont là les symboles du pouvoir et de la richesse. Pei va faire très fort avec la Bank of China à Hongkong. Une commande acceptée avec l'assentiment de son vieux père, qui avait passé par l'ancien édifice. Un projet titanesque alliant technologie et sauvetage. La House Murray, le lieu choisi, reste un monument classé. Il faut d'abord la démonter brique à brique avant de la reconstruire sur une autre île. Dans le terrain laissé vierge, Pei plante une aiguille autre de 305 mètres. Il s'agit bien sûr d'un symbole. Mais peu durable. On a construit depuis plus haut dans l'ex-colonie britannique.

Une retraite très provisoire

En 1990, l'homme prend officiellement sa retraite. Tout a une fin. Elle se révèle cependant ici provisoire. L'architecte crée un nouveau cabinet avec ses fils, issus de son sérail. Naît ainsi Pei Partners Architects. Une maison très active, grâce à son nom. On lui doit plusieurs nouveaux musées, ou alors l'extension d'anciens. I.M Pei impose avec moins de problèmes qu'à Paris un audacieux agrandissement pour le Musée historique allemand de Berlin en 2003. Il se plie aux contraintes d'un contexte monumental ancien pour celui du Luxembourg en 2006. Il fait sortir de toutes pièces du sable celui de Doha du sol en 2008. L'année suivante, le Macao Science Center marque son chat du cygne. Il a 92 ans. La boucle est bouclée.

(1) Je signale la très longue et très documentée biographie de Pei sur Wikipedia. Il y a de tout dans ce dictionnaire en ligne!

La Bank of China à Hongkong, 305 mètres de haut. Photo Wikiarchitecture.


Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."