Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

L'archéo-station Amba Aradam du métro romain commence à prendre forme

Ce sera la plus grande du monde dans le genre. Ouverture en 2024. Pendant ce temps le creusement de la ligne C continue avec prudence en direction de la Piazza Venezia.

L'état du chantier il y a un ou deux ans.

Crédits: Wikimédia

Je vous en ai déjà souvent parlé. Il faut dire qu’il s’agit là d’une entreprise de longue haleine, commencée en 2015. Les interminable travaux de la ligne de métro C de Rome connaissent une nouvelle étape. L’arrêt d’Amba Aradam prend forme, du moins en pensée. Il s’agira, je le rappelle, de la plus grande «arche-ostazione» du monde. J’en ai eu des nouvelles par le numéro d’avril d’«Il Giornale dell’arte», que je compile pour vous. Il y a là un article en page 32 sur le futur de ce projet dessiné par l’architecte Paolo Desideri. Un homme devant aujourd’hui régler des problèmes autrement plus compliqués qu’à San Giovanni, une gare souterraine qui est pour sa part terminée. Le public a eu droit en 2019 à des journées portes ouvertes qui ont connu un succès incroyable.

Amba Aradam sera à la fois un lieu voué au trafic et un musée souterrain. Le public ne devra du coup pas obligatoirement prendre son ticket de voyage pour y accéder. Il y aura là, sous terre, une immense passerelle permettant d’admirer de haut les vestiges découverts lors de fouilles de sauvetage. La mensuel parle de trente «ambienti» entre les pans de murs, les mosaïques et la déjà célèbre «Maison du commandant». Il s’agit sans doute là d’une caserne. On avait parlé, lors de l’exhumation, d’endroit où auraient vécu les gladiateurs du proche Colisée. L’édifice date du IIe siècle de notre ère. Il se trouve aujourd’hui à neuf mètres de profondeur.

Conditions muséales

Les conditions voulues pour ce «nième» lieu archéologique dans la Ville Eternelle sont muséales. Des vitrines avec d’épais verres anti-reflets. Il faut pouvoir y présenter aussi bien des fragments de fresques que des vases ou de marbres colorés. Cette partie moderne complétera les éléments demeurés et place et restaurés. Il faut imaginer la station avec un quai de 120 mètres sur 30 de profondeur. Cinq niveaux en tout, dont deux archéologiques. Les sommes articulées semblent faibles par rapport à ce que coûte le moindre bout de trottoir en Suisse. On parle ici d’un aménagement à 9,3 millions d’euros. L’inauguration n’est cependant pas pour demain. La date aujourd’hui articulée pour Amba Aradam est2024.

La villa romaine éventrée au cours des travaux du métro dans "Fellini-Roma" en 1972. Tout se passe bien mieux dans la réalité. Photo DR.

Entre-temps, les énormes machines (comme celles qu’on voyait déjà dans «Fellini-Roma» en 1972) auront continué leur progression en direction de la Piazza Venezia. Je vous ai parlé, il y a bien deux ans, de la superbe maison antique surgie à quelques mètres du Colisée, que j'ai pu voir. Les travaux doivent à la fois tenir compte des trouvailles archéologiques et de la stabilité des bâtiments se trouvant au-dessus du sol. Un travail de Romains à tous les sens du terme. Autant dire que les premiers wagons ne sont pas près de rouler!

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."