Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

L'Antikenmuseum de Bâle met le doigt sur ce qui choque avec l'exposition "Nackt"

Les Grecs et les Romains avaient un tout autre rapport au corps. La nouvelle morale engendrée par #metoo doit-elle nous empêcher d'admirer des chefs-d'oeuvre dont la forme artistique peut aujourd'hui nous heurter?

Côté pile. Le côté face se voit aussi proposé au visiteur

Crédits: Antikenmuseum, Bâle 2018

Il y a du cul. L'exposition s'intitule du reste «Nackt», autrement dit «nu». Il ne s'agit cependant pas de voyeurisme. Au contraire, ce qui semblera à certains un peu triste. L'Antikenmuseum du Bâle entend relire l'art grec ou romain (et accessoirement égyptien) sous l'angle féministe des années #metoo. Qu'y a-t-il de choquant aujourd'hui? Quelles choses gênaient hier? La pudeur, dont Madame d'Epinay a dit au XVIIIe siècle qu'il s'agissait «d'une vertu tenant avec des épingles», change en effet selon les siècles et les latitudes. Les paysans pharaoniques labouraient dans le plus simple appareil, ce qui ne frappait personne. Essayez maintenant de faire la même chose juché sur votre tracteur!

L'art antique est ainsi plein de figures sans vêtements, même si la chose a parfois posé des problèmes. Quand Praxitèle proposa une Vénus de Cnide sans voiles, au IVe siècle av. J.-C., ce fut un beau scandale. Mais un énorme succès commercial et touristique aussi. En témoignent les innombrables répliques ou copies de ce chef-d’œuvre, dont l'original est perdu depuis bien longtemps. En revanche, personne ne se formalisait de ce que l'on pouvait alors voir sur les peintures des vases grecs, où il se passe pourtant des choses. Pédophilie. Harcèlement. Exhibitionnisme. Zoophilie. Et j'en passe (1). Au XIXe siècle, un musée comme celui de Naples pouvait ainsi abriter en son sein des espaces interdits aux dames, voire au public en général.

Réseaux sociaux et Gorilla Girls

En serait-on revenu là? Une salle introductive, à l'Antikenmuseum, donne la liste des actuelles polémiques. Elles se multiplient les réseaux sociaux, ces nouveaux censeurs, aidant. Les appels aux retraits vont des fillettes en soquettes de Balthus à New York à un innocent tableau victorien de John William Waterhouse en Angleterre. Un petit film (de fiction, tout de même) montre des policiers interdisant les tableaux de la Renaissance d'un grand musée aux visiteurs sous prétexte de morale. Il y a aussi à Bâle une allusion aux Gorilla Girls, parties en guerre il y a bien des années. Elles se choquent du fait que 90 pour-cent des nus sont féminins dans les musées, alors que moins de dix-pour-cent des œuvres y reste dû à des femmes. Ces dames doivent plutôt fréquenter les institutions vouées à l'art moderne. A l'âge néo-classique par exemple, ce sont les hommes qui ont plus que posé la veste. On voit ainsi couramment des guerriers avec un casque à plumet sur la tête, tandis que leur roubignoles sont exposées à la vue du public (2).

L'exposition semble pertinente. Elle se révèle bien faite. De relativement petite taille, elle sert cependant avant tout à présenter les collections permanentes de l'institution sous un autre jour. Il y a peu d'emprunts extérieurs. En témoignent dans les étages les vides laissés dans certaines vitrines. Il faut juste espérer que cette intervention provisoire donne envie au public de découvrir l'Antikenmuseum, logé juste en face du Kunstmuseum. Cet établissement admirable, au fonds prodigieux, n'a toujours pas trouvé son public des décennies après l'inauguration de... 1961.

(1) Cela dit, l'Antikenmuseum reste plutôt "soft" si l'on pense à certaines vitrines du British Museum...
(2) Il est clair qu'en réalité ils combattaient en cuirasses.

Pratique

«Nackt» , Antikenmuseum und Sammlung Ludwig, 5, Sankt Alban Graben, Bâle, jusqu'au 28 avril 2019. Tél. 061 201 12 12, site www.antikenmuseumbasel.ch Ouvert du mardi au dimanche de 11h à 17h.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."