Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

La Tessinoise Denise Tonella dirigera dès avril 2021 le Landesmuseum de Zurich

C'est une nomination interne. Agée de 41 ans, la lauréate est dans la maison depuis 2010. Elle semble avoir été choisie avant tout pour ses qualités de "manager".

Denise Tonella. Portrait pris dan la nouvelle aile du Landesmuseum.

Crédits: Landesmuseum, Zurich 2020.

Fin du suspense. Pour autant que beaucoup de gens aient remarqué l’enjeu, bien sûr! Le Landesmuseum de Zurich, qui dépend de la Confédération, occupe en effet avec ses filiales (dont le Château de Prangins en Suisse romande) une place à part. Nul ne sait du coup plus très bien quelle est sa réelle fonction. Depuis quatre décennies, l’institution se cherche, sans jamais se trouver. L’inauguration en 2016, après trente ans d’attente, de la nouvelle aile (un monstre de béton) n’a rien résolu, bien au contraire. Et ce d’autant plus que de nombreuses salles restent ou retombent en travaux. Ce chantier permanent, qui aboutit parfois à des réouvertures affolantes sur le plan de la muséographie, ressemble au tonneau des Danaïdes.

Denise Tonella et Andreas Spielmann. Photo Landesmuseum, Zurich 2020.

Mais revenons au sujet! Denise Tonella sera la nouvelle directrice du Landesmuseum. Elle prendra ses fonctions le 1er avril prochain. Agée de 41 ans, la Tessinoise d’Airolo succédera ainsi à Andreas Spielmann, qui aura occupé le poste directorial quatorze ans. Denise l’a emporté sur 44 autres candidat(e)s. A ce niveau là, il y a généralement moins de monde pour postuler que pour les emplois subalternes. Selon Tim Guldimann, président du Conseil du musée, plusieurs de ses qualités se sont révélées décisives. Vous noterez qu’aucune d’elles ne tient à ses connaissances scientifiques. La lauréate est créative. Elle possède un sens exceptionnel de l’organisation. Elle maîtrise plusieurs langues. Elle comprend le monde du numérique. Elle a des connaissances médiatiques. Bref, il s'agit à mon avis d'une pure «manager», même si cette pensionnaire du Landesmuseum depuis 2010 sert aussi de commissaire à diverses manifestations depuis 2014.

Un ratage mémorable

Là, j’ai été regarder. Si Denise Tonella a des expositions à son actif, elles me semblent surtout à son passif. Son grand titre de gloire reste la présentation inaugurale de la nouvelle aile, dédiée à la Renaissance. Je vous en avais parlé à l’époque. S’il y avait certes eu là des prêts prestigieux, c'était une des pires choses que j’aie vue en cinquante ans de métier. Prétentieux, invertébré et encombré. Le Landesmuseum parle d’une réussite «internationalement reconnue». J’aimerais bien savoir par qui.

Cela dit, tout le monde peut faire des progrès… En ce moment, l’institution zurichoise propose du reste deux bonnes choses. Les crèches de Noël, dont je vous ai déjà parlé. La présentation de lits, de la Renaissance à nos jours, que je garde pour la bonne bouche. Voilà qui équilibre le pénible ratage de «Der erschöpfte Mann», qui accumule tous les poncifs possibles sur la masculinité!

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."