Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

La TEFAF de Maastricht compte avoir lieu en 2021, mais cette fois à la fin mai

Sa direction envisage une foire plus courte. Deux jours de "preview" au lieu du vernissage. Il y aurait des candidats pour revenir dans ce qui fut un "cluster" en mars.

La TEFAF commence rituellement avec un hall garni de fleurs.

Crédits: Site de Maastricht.

Surprise! A l’heure où tout le monde infirme, la TEFAF (The European Finae art Fair) de Maastricht affirme. L’édition 2021 n’aura pas lieu comme de coutume à la fin de l’hiver au MECC, mais en mai. Pas de tempête de neige en vue, comme lors de certaines éditions. Il s’agira pourtant bien d’une foire physique, les deux strapontins new-yorkais de la foire néerlandaise, «Spring» (1) et «Fall», n’ayant connu en 2020 qu’une version virtuelle. La direction de la plus grande foire mondiale avec Art/Basel tient beaucoup à l’idée d’un rendez-vous sur place, devant de vraies œuvres et où les gens pourront échanger de vrais ragots en buvant du vrai café.

Si 2021 devait connaître un parcours 3D, le salon durera cependant moins longtemps. Les amateurs devront être là entre le 31 mai et le 6 juin. Il n’y aura pas à proprement parler de vernissage. Je rappelle que ceux de la TEFAF accueillent en général 10 000 personnes (on est même monté une année jusqu’à 13 000!). Les invités auront juste deux jours d’avance sur les visiteurs payants, soit les 29 et 30 mai. Pour les réservations d’hôtel, il convient en revanche d'y songer dès maintenant. La capacité d’accueil de cette charmante petite ville (à visiter selon moi même sans TEFAF) n’est de loin pas infinie.

La mémoire courte

Faut-il se croiser les doigts? L’organisation de cette foire généraliste allant de l’archéologie à l’art contemporain semble confiante. Il suffit d’écouter le président de son comité exécutif, Hidde van Seggelen. Son idée est de rassembler en toute quiétude public et exposants. «La sécurité de l’ensemble de ceux qui constituent la communauté TEFAF est notre grande priorité.» Il n’y a plus qu’à espérer de celle-ci une mémoire super-courte. En mars dernier, le comité avait déjà tenu un discours identique, jurant ses grands dieux qu’il n’arriverait aucun accident sanitaire. La foire avait dû se voir fermée en urgence à mi-course. J’y étais, et je vous l’ai raconté. Une centaine de marchands sont tombés malades. Pour ce qui est des visiteurs, on ne sait pas trop. Vous parlez d’un «cluster» pour employer un des mots les plus à la mode de 2020!

Hidde van Seggelen assure que les survivants sont prêts à revenir. Il faut dire que les commerçants auront un sérieux besoin de réaliser des affaires. Ces prochaines semaines, le plan de la foire se verra même dressé, avec l’emplacement des stands. Je vous rappelle qu’il s’en trouve près de 300 au MECC (du moins quand toutes les frontières sont ouvertes). Il n’y a plus qu’à se mettre d’accord avec l’hôpital le plus proche. Pour ma part, je me tâte beaucoup. J’ai eu de la chance une fois (2). Mais deux…

(1) TEFAF Spring est annoncé à New York pour les 7-10 mai 2021. Quelques jours à peine avant la foire-mère!
(2) J’ai discuté une bonne heure en mars avec un ami marchand en me demandant pourquoi il transpirait autant! Les semaines suivantes, il était «out».

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."