Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

La Semaine du dessin à Paris vue du côté des enchères

Tout le monde a voulu s'engouffrer dans la brèche. Il y a eu un jour trois vacations à la même heure. Dans l'ensemble, les choses ont marché correctement. Le Louvre a préempté.

Le Baccio Bandinelli à passé 300 000 euros. Pour ce prix, il y a un autre dessin au verso.

Vivement dimanche! La Semaine du Dessin parisienne, qui aura duré du 25 au 31 mars avec une prolongation jusqu'au lundi 1er avril pour le Salon situé à la Bourse (1), a mis son public non pas à genoux d'admiration mais sur les rotules de fatigue. Il y a naturellement eu davantage de choses que je vous l'avais annoncé. Quatorze galeries au Quartier Drouot, par exemple. Chacun a voulu se greffer sur l'événement, avec une frénésie suicidaire. Pourquoi faut-il que toutes les manifestations autour de ce médium se situent fin mars, quand il n'y a rien le reste de l'année? Théoriquement, les acheteurs devraient certes absorber cette masse (et non plus cette manne) jetée en pâture. Mais pour cela, il faudrait qu'ils soient nombreux. Or à Paris, on compte toujours sur les Américains. Et je dois dire que j'en ai peu vus cette année.

La chose importe bien sûr peu pour les marchands de dessins contemporains. Ils ont leurs artistes, leur stock et si possible leur clientèle. Nous sommes ici dans le «premier marché», celui du neuf. Les galeries proposant des dessins anciens (le XIXe siècle est aujourd'hui entré dans cette catégorie) ont davantage de soucis à se faire. Elles subissent la concurrence des ventes publiques, Christie's et Sotheby's étant entrées dans le jeu depuis la libéralisation de la loi en 2000. Que se passe-t-il sur le plan pratique? Les amateurs commencent par tenter leur chance chez Artcurial ou Ader, comme s'ils allaient au casino. Là-bas, les choses se révèlent parfois moins chères, en dépit des échutes démentes que ces maisons s'octroient pour des services parfois inexistants. Ils reviennent ensuite chez les marchands, avec qui tout peut toujours se discuter, surtout en fin de Semaine. A la baisse cette fois. Notez que pour le Salon du Dessin, nous sommes tout de même dans l'ex-Bourse!

Le froid et le chaud

C'est le mercredi que les vacations ont par tradition commencé. De Baecque d'abord dans un Drouot bondé aux allures de souk. Christie's ensuite, dans le genre douairière pincée ne recevant que des invités bien élevés. Artcurial le soir dans une atmosphère plus détendue, en bonne partie grâce à Matthieu Fournier, qui joue à la fois ici le rôle du chef de rayon et celui du commissaire-priseur. Artcurial, qui a les dents longues et l'estomac solide, possède en plus un restaurant et une librairie absents de la multinationale voisine, où l'on a guère le sens de la convivialité. Comme chez Sotheby's, du reste, qui se contentait cette année de dessins modernes dus à des crayons ou à des plumes ultra-connues. Du connu. Du sans surprise. Le goût des gens très riches reste souvent conventionnel. Picasso. Chagall. Magritte... Il faut bien que les amis reconnaissent la main et sachent que tout cela vaut très cher.

Christie's a toujours de la peine à remplir sa salle, où l'on s'ennuie poliment. Les commissaires priseurs, aux annonces bilingues, y demeurent réfrigérants. Pas une once (puisque nous sommes chez des Anglo-saxons) d'humour donc en ce mercredi. Le catalogue de l'année était honnête, sans plus. Jean Bonna n'a donné que quelques feuilles, et il a retiré à la dernière minute la plus prestigieuse, comme il a enlevé un Picasso de la vente moderne. Des dents ont dû grincer. Les grosses offres se sont fait attendre. Le désastre a néanmoins été évité. Le Louvre a préempté un Pajou, ce qui fait bien dans le décor. Les modernes ont comme prévu mieux fait l'affaire le lendemain, mais je n'y étais pas.

Vente de Boissieu annulée par la Justice

Il a un peu fallu attendre avant la vente d'Artcurial tant la maison proposait de sculptures avant les dessins, prévus en sandwich sur le coup des 19 heures. L'humeur était ici excellente. Une statuette de la Renaissance, dérivée de Giambologna, avait suscité les passions. Elle a centuplé son estimation à 3,8 millions d'euros. Dès lors, tout devenait «peanuts». Il y a tout de même eu de beaux résultats. Plus de 300 000 euros, frais compris, pour un sublime Baccio Bandinelli, l'ennemi de Michel-Ange (qui était il est vrai brouillé avec tout le monde). Il n'y avait ensuite plus qu'à passer à la peinture ancienne. Là, il y aurait eu des affaires à faire. Certains tableaux français du XVIIe et du XVIIIe siècles se sont vendus pour une bouchée de pain... quand ils ont trouvé un client! Joseph Parrocel ou Jean-François de Troy ne sont pourtant pas n'importe qui.

Le lendemain, c'était le tout à la fois à Drouot, avec de petites choses qui auraient dû susciter des vocations de collectionneurs (2). Ambiance en général plus débraillée. Maître Millon a la plaisanterie particulièrement facile. La journée ne s'en est pas moins mal terminée. Je vous avais parlé de la vente Aguttes. La maison proposait un fonds familial Jean-Jacques de Boissieu, resté intact depuis la mort de l'artiste en 1810. Tout le monde souriait encore dans l'après-midi. Eh bien, la dispersion a été annulée par la Justice in extremis! Il y a eu référé. Une partie des héritiers protestait contre cette atteinte à leur patrimoine. On devinait la bataille féroce, à laquelle va sans doute participer Aguttes atteint dans sa réputation et ses intérêts financiers. Une histoire bien française, dans le genre balzacien, dont Drouot n'avait pas besoin. Fondée en 1852, la maison se meurt. Si les salles étaient cette Semaine presque remplies, des étages entiers restent depuis quelques années souvent vides faute de marchandise à proposer. Et je ne vous parle pas des vacances que Drouot se permet! Même les instituteurs seraient jaloux.

L'Henri II casqué de Clouet préempté par le Louvre. Il est minuscule. Photo Mirabaud et Mercier.

(1) Mon article sur les Salons se trouve une case au-dessus dans le déroulé de cette chronique.
(2) Chez Mirabaud et Mercier, une nouvelle association, le Louvre s'est cette fois offert une miniature de Clouet représentant Henri II.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."