Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

La performeuse ORLAN dit tout dans son livre "Strip-tease". Le scandale se fait attendre

A 74 ans, la Française reste un personnage du monde de l'art contemporain. Elle défend aujourd'hui une approche féministe dans ses très longs mémoires.

ORLAN, dans sa version actuelle.

Crédits: Herbert Neubauer, AFP.

J’enlève le haut. J’enlève le bas. ORLAN (il faut obligatoirement l’écrire en capitales) se lance dans un «Strip-tease». «Tout sur ma vie, tout sur mon art». Je m’empresse de dire qu’il s’agit là d’un livre. L’effeuillage restera donc verbal. La plasticienne française demeurera par ailleurs tout à fait convenable. Les enfants eux-mêmes ne seront pas choqués. Il n’y a rien là de sulfureux (et de répétitif) comme dans «La vie sexuelle de Catherine M», signée Catherine Millet. Je doute du coup que ce gros ouvrage se vendra aussi bien que les confessions de la journaliste d’art en 2001. Deux millions et demi d’exemplaires dans le monde…

Pour ORLAN tout commence en 1977, même si elle a déjà trente ans cette année-là. Cette provinciale inconnue parvient à se faufiler à la FIAC où, vêtue d’une sorte d’armure, elle vend des baisers, de vrais baisers chatouillant la glotte, cinq francs chacun aux visiteurs. Une approche féministe, dit-elle maintenant, de montrer la réification du corps. Ce «happening» fera parler de lui le lendemain dans toute la presse. La foire feindra finalement de l’avoir organisé comme attraction. ORLAN était lancée, tout en perdant son poste d’enseignante. Mireille Porte (c’est son vrai nom) se voyait priée de prendre… la porte. D’où une précarité financière permanente, selon les dires de l’artiste aujourd’hui.

Comme Cruella

Si ORLAN est connue (1) , c’est cependant pour son «look» actuel. La moité de la chevelure blanche et l’autre noire, comme Cruella dans «Les 101 dalmatiens». Des implants sur le front, posés lors d’opérations chirurgicales diffusée en direct par satellites. Plus d’autres hybridations, réelles ou ajoutées sur ses photographies. Car la dame pratique tous les genres, ce qui ne va pas sans brouiller son image. Il faut bien vendre une production commerciale pour vivre. Son amie (ORLAN n’a que des amis et des amies) Marina Abramovic expliquait d’ailleurs la même chose dans ses mémoires intitulés «Traverser les murs». Je vous en avais parlé en 2018. Cela dit, les choses ne se sont pas toujours bien passées entre ORLAN et ses galeristes, surtout italiens. Elle affirme maintenant avoir été souvent grugée.

Le baiser d'ORLAN en 1977. Photo ORLAN, galerie Ceysson et Bénétière.

Reste, pour clore la comparaison, que Marina se révèle non seulement une expérimentatrice plus douée, mais une bonne conteuse. Son livre se lisait avec délectation. Tel n’est pas le cas de celui d’ORLAN, qui a refusé pendant le premier confinement de travailler avec un «ghost writer». Elle a voulu tout faire seule. Comme souvent dans ces cas-là, les premiers chapitres se tiennent encore assez bien. C’est le récit d’une enfance et d’une adolescence dans une famille très modeste de Saint-Etienne. La suite devient plus brouillonne, avec des allers et retours dans un récit où l’auteure ne se la joue pas modeste. Elle reste toujours la meilleure, citant au passage quelques-un des ses «peau-aime». J’ai noté au passage que l’accusation pour plagiat contre Lady Gaga en 2013, à qui elle demandait trente-et-un millions de dollars de dommages intérêts, avait passé à la trappe. Il faut dire qu’au final, la Française a dû donner 10 000 euros à la chanteuse. Un comble!

(1) «Une des artistes les plus importantes de notre époque», déclare le quatrième de couverture.

Pratique

«ORLAN, Strip-tease», d’ORLAN aux Editions NRF, 346 pages.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."