Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

La liste des monuments français à sauver par le Loto du Patrimoine a été dévoilée

La Mission Stéphane Bern continue. La quatrième année s'intéresse en priorité à des sites apparemment mineurs. Ils semblent souvent en très mauvais état.

Une poterie à restaurer, dans la Gironde.

Crédits: Norman Lewis, MyPhotoAgency, Loto du Patrimoine.

C’est la quatrième édition. Déjà. Fomentées par des universitaires, les polémiques entourant la Mission Bern se sont aujourd’hui apaisées. Il n’y aura pas de remous autour du choix des dix-huit monuments à sauver grâce au Loto du Patrimoine 2021. Les résultats obtenus le prouvent. Jusqu’ici, 527 sites (prioritaires ou non) ont bénéficié d'une aide. Il en reste aujourd’hui 182 en chantier. Beaucoup d'édifices ont été signalés par des amateurs d’architecture ou d’histoire. Le site www.missionbern.fr fonctionne désormais toute l’année. Le Loto ne reste pourtant qu’une goutte d’eau face aux besoins et aux restaurations présidentielles d’un luxe ruineux. Je citerai celles du Grand Palais, de Beaubourg ou du château de Villers-Cotterets.

La cathédrale Saint-Pierre-et-Paul de Pointe-à-Pitre. Photo MyPhotoAgency, Loto du Patrimoine.

Pour 2021, il y aura donc à nouveau dix-huit lieux à bénéficier au premier chef des millions du Loto. Un par région. La France d’outre-mer pèse lourd, pour des raisons politiques. Mayotte n’ayant rien donné cette fois, la Guadeloupe bénéficiera ainsi de deux sites, dont celui de la cathédrale Saint-Pierre-et-Paul de Pointe-à-Pitre. L’autre est la Sucrerie Roussel, mémoire de l’esclavage oblige. La liste tient un peu de l’équilibrisme. Elle ne contient du coup cette fois qu’une architecture célèbre. Il s’agit de l’abbaye romane de Sainte-Marie à Souillac.

Dégâts sournois

En regardant les photos des endroits retenus, le spectateur est frappé cette fois par l’état de dégradation très avancé de certains lieux. La maison Rupt, élevée vers 1880 par des maîtres de forges du Nord de la France, pourrait même s’écrouler d’ici trois ans si rien ne se voit entrepris. Autant dire qu’il s’agit là de chantiers lourds, où il faudra énormément replâtrer. C’est aussi le cas pour ce qui subsiste des écuries de Richelieu à Gennevilliers ou la poterie située à Gradignan dans la Gironde. D’autres sites semblent en bon état. C’est parce que les dégâts se révèlent sournois. Je pense au Musée Marcel-Proust de Combray ou au couvent corse de Maracassu à Cateri. Le magnifique château de Neubourg, dans l’Eure, qui a pourtant bonne mine, connaît ainsi de gros problèmes de toiture. Et le toit en question se révèle véritablement énorme!

La maison du maître de forges, qui pourrait s'écrouler d'ici trois ans. Photo Nicolas Dohr, MyPhotoAgency, Loto du Patrimoine.

Quels sont les deux élus les plus proches de chez nous? Il y en a un en Savoie. L’image montre une luxueuse ferme aux Chapelles, élevée à la fin du XIXe siècle. L’autre est la maison de Louis Pasteur à Arbois, dans le Jura. La première semble dans une situation quasi désespérée. La seconde doit se voir réaménagée assez vite. Avec quel argent? Combien surtout? On le saura au cours des Journées du Patrimoine, qui auront lieu en France les 18 et 19 septembre.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."