Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

La galerie Wilde présente à Genève les tapis tissés avec du métal d'Adel Abdemessed

Le Franco Algérien développe des séries très diverses. Il s'agit ici d'oeuvres collectives réalisées à Fez avec des vieilles boîtes de conserves utilisées pour leurs couleurs.

La texture de ces simulacres de tapis.

Crédits: Adel Abdemessed, Galerie Wilde, Genève 2020.

C’est une vedette, et il se voit désormais présenté comme tel(le). En juin, Adel Abdemessed se retrouvait ainsi sur les quais, en face du Parc de la Grange. Le public pouvait (re)découvrir sa fameuse sculpture monumentale représentant le coup de boule de Zidane dans des temps devenus quasi mérovingiens. Cette statue au goût un tantinet stalinien fait toujours partie de la biennale «Sculpture Garden». Aujourd’hui, le Franco-algérien se retrouve à nouveau chez Wilde, rue du Vieux-Billard. Il y est présent grâce à des tapis, ou plutôt leurs simulacres. «Description d’un combat» semble finalement plutôt pacifique. Il est vrai qu’il existe toutes sortes de luttes. Et la création d'Abdemessed est en général marquée par les violences.

Adel Abdemessed. Photo FranceInter.

Entré dans les lieux par la porte de droite (il y a une entrée d'immeuble entre les deux partie de Wilde), le visiteur se retrouve face à des sortes de tableaux. Rien à voir avec le bronze du quai, ni avec les grands dessins figuratifs que multiplie l’artiste. A 49 ans, Abdemessed donne dans tous les genre en utilisant tous les médias. Il me fait ici penser à Monsieur Ingres, à qui ont admirateur faisait observer vers 1850 qu’il pouvait aussi peindre une lascive femme nue qu’une scène religieuse. «C’est que j’ai plusieurs pinceaux», lui avait répondu le maître. Il s’agit en fait ici d’une création collective. Une importante équipe, réunie à Fez, réalise d’après les dessins d’Abdel des sortes de tapis. La laine n’y entre pas en jeu, comme pour ceux qui tissait naguère sa grand-mère. L’étoffe est faite de vieilles boîtes de métal aplaties et utilisées comme matière première colorées. On imagine le travail de recherche qu’a nécessité la récolte de ces déchets ménagers. Puis leur classement par tons. Et enfin le travail d’assemblage.

Des idées dans l'air

Evidemment, si la chose peut paraître neuve pour Abdemessed, elle ne l’est pas tout à fait. Je vous ainsi parlé en mai des immenses rideaux fait avec des capsules de bouteille usagées au Nigeria par l’équipe de El Anatsui. L’exposition dédiée à ce dernier peut sur reste toujours se visiter au Kunstmuseum de Berne. Quant au tissage à la manière de tissu, il a été vu (mais avec de la toile et non du métal) chez François Rouan. Les bonnes idées flottent dans l’air. Elle se retrouvent du coup à la portée de tout le monde. Il y a en plus ici quelques petites idées politiques. Les petites forme effilées composant sur un mur de Wilde une immense installation se révèlent ainsi pour lui des lames de guillotine. Ces «Cocorico», dont l’élaboration a commencé en 2016, n’ont donc rien d’innocent. Le mot «cocorico» évoque du reste bien plus aujourd’hui que le chant matinal du coq…

L’ensemble se révèle spectaculaire. Sobre, la présentation le met bien en valeur. Le tout fait très galerie internationale, même si Wilde reste encore cantonné à Genève, Bâle et Zurich. C’est à voir d’ici le 23 octobre.

P.S. A quelques mètres de Wilde, aux Bains, la Galerie des Bains met la clef sous le paillasson. C'est fini. Je rappelle que le lieu était avant tout voué à un street art domestiqué à l'intention des jeunes cadres un peu friqués.

Pratique

«Adel Abdemessed, description d’un combat», galerie Wilde, 24, rue du Vieux-Billard, Genève. Tél. 022 310 00 13, site www.wildegallery.ch Ouvert du mardi au vendredi de 14h à 18h, le samedi de 11h à 17h.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."