Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

La France classe "Le porte-étendard" de Rembrandt "trésor national" Que faut-il en penser?

Cette grande toile de 1636 appartient depuis le XIXe siècle aux Rothschild. Le Ministère de la culture ouvre la porte au mécénat privé. Mais pourquoi la France et pourquoi le Louvre?

"Le porte-étendard", qui a longtemps passé pour un autoportrait de l'artiste.

Crédits: DR

Il est parfois permis sinon de polémiquer, du moins d'émettre des idées divergentes. Avec ce que cela peut avoir de constructif. Je viens ainsi de lire en ligne dans «La Tribune de l'art» que «Le porte-étendard» de Rembrandt venait de se voir classé «trésor national». Le Ministre de la culture Franck Riester l'a annoncé. L’œuvre pourra se voir acquise pour l'Etat en utilisant la carte du mécénat. Notez que les super-riches ont déjà beaucoup donné cette semaine avec Notre-Dame. Tout cela pour se faire taper sur les doigts en raisons des possibles déductions fiscales. Il faudrait s'attendre ici à une petite facture supérieure à 100 millions d'euros.

Exécutée en 1636 alors que l'artiste avait 30 ans, la toile (que j'ai eu l'occasion de voir en 2003 à Amsterdam, puis à Londres lors du tricentenaire de la naissance de l'artiste) appartient aux Rothschild. Mais pas à la même branche que les ex-propriétaires des portraits en pied de Marten et Oopjen Soolmans de 1634, dont l'un a finalement été acheté par le Rijksmuseum d'Amsterdam et l'autre par le Louvre après des pataquès pas possibles. Il n'y avait alors pas eu d'interdiction de sortie. Notons à ce propos que si les Français ont alors crié à la fuite du patrimoine, les Néerlandais l'avaient fait avec des motifs plus sérieux au XIXe siècle, quand les deux vastes tableaux ont quitté la Hollande pour entrer chez les Rothschild parisiens...

Un droit du sol

L'article de «La Tribune de l'art» pense que dans ce cas une «sortie de notre territoire ne peut être envisagée», comme pour le portrait de Betty de Rothschild. Un souvenir de famille, qui n'est lui pas encore classé. Pour l'Ingres, je veux bien l'admettre. Mais en quoi «Le porte-étendard» est-il lié à la France, à part le fait de s'y trouver depuis le XIXe siècle? Auparavant, il a appartenu à George IV d’Angleterre, dont l'ensemble des collections n'a pas fini chez Elizabeth II. Le simple fait d'avoir mis les pieds dans un pays durant un certain temps constitue-t-il un motif suffisant? Dans ce cas, la Suisse n'en finirait plus de refuser des visas de sortie, avec ce que recèlent les collections alémaniques. Après tout, le Kunsthaus de Zurich abrite venus de dépôts privés de prestigieux Picasso ou Van Gogh depuis des décennies.

Et puis, pourquoi le tableau devrait-il fatalement finir au Louvre en cas d'achat? Parce que le pays voisin se meurt de son jacobinisme centralisateur. Avec la «Bethsabée», «Les pèlerins d'Emmaüs», le magnifique autoportrait de vieillesse acquis pour Louis XIV, «Le bœuf écorché» ou «Saint Mathieu et l'ange», il me semble que c'est bon. Le Louvre a. Il serait maintenant temps d'en déposer un beau, un grand («Le porte-étendard» mesure 120 centimètres de haut!) dans une grande institution de région. Je veux bien que Lyon, Epinal ou Tours aient déjà leur Rembrandt. Mais ne serait-il pas le moment de confier à Rennes, à Rouen ou à Montpellier des chefs-d’œuvre au lieu de leur accorder, du bout des doigts, le menu fretin? Je signale enfin à tout hasard, si la toile finissait par sortir, que Leyde attend toujours son vrai Rembrandt. Or Rembrandt est né dans cette ville en 1606.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."