Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

La France a trouvé son mécène pour acheter le manuscrit le plus sulfureux de Sade

L'histoire du rouleau où est écrit "Les 120 journées de Sodome" est abracadabrante. Elle se termine. La relique finira à la Bibliothèque de l'Arsenal parisienne.

Quelques lignes du manuscrit à la vie mouvementée.

Crédits: Le Matin.

C’est la conclusion d’une longue histoire, comme il se doit sulfureuse, qui a passé par Genève. La France possède depuis le 9 juillet le manuscrit original des «Cent vingt journées de Sodome», écrit pas le marquis de Sade à la Bastille en 1785. Le texte est rédigé sur un rouleau de douze mètres de long et large d’à peine 11,3 centimètres, composé de 33 feuillets. Autant dire que l’écrivain a donné dans la micro-écriture. Il n’a rien là à envier aux textes rédigés en pattes de mouches par le Suisse Robert Walser au XXe siècle.

Je ne vais pas vous raconter la vie de Sade, mort en 1814 dans un asile de fous en croyant son œuvre maîtresse perdue et détruite. L'homme ignorait que le rouleau avait été sauvé par un révolutionnaire du nom d’Arnoux de Saint-Maximin. Celui l’avait ensuite revendu, toutes idées politiques abolies, au marquis de Villeneuve-Trans (comme transsexuel!). Sa trace se perd ensuite. Le rouleau fait sa réapparition avec Iwan Bloch, qui en publie le contenu sous le manteau en 1904. Sade va alors devenir une idole ses surréalistes. La dernière séquence de «L’Age d’or» de Buñuel (1930) y fait référence. Voilà qui tombe bien! L’année précédente, le vicomte Charles de Noailles, producteur de ce film à scandale, avait acquis la relique avec l’argent de sa richissime épouse Marie-Laure, descendante de Sade par les femmes. Le manuscrit s’évapore encore au moment où il est volé par un familier indélicat, à moins que Marie-Laure ne l’ait donné à l’un de ses amants.

Le refus de la Bodmeriana

C’est ensuite que le manuscrit se voit acheté par Gérard Nordmann, qui s’était constitué une puissante bibliothèque érotique. Je vous raconte ici l’histoire tel que ne le fait pas la presse parisienne, qui donne de la chose une version curieusement «soft» pour un sujet pareil. Les Noailles vont bien entendu tenter de récupérer leur bien. Il y aura un procès que le Genevois va finalement gagner au Tribunal fédéral en 1998 au nom de sa «bonne foi». Mais le manuscrit ne pourra dès lors plus quitter la Suisse, la Justice française n’ayant pas la même idée. La bibliothèque Nordmann aurait dû finir à la Fondation Martin-Bodmer de Cologny. Il semble que le directeur d’alors, Hans Braun, l’ait refusée. Ce monsieur aurait été très choqué par le contenu de cet ensemble qui finira du coup dispersé par Christie’s Paris. Sauf le manuscrit de Sade.

Laissé un temps dans une vitrine de la Bodmeriana de Cologny (Braun était parti entre-temps), le rouleau est ensuite tombé en 2014 dans l’escarcelle d’Aristophil. Un club d’acquisition de manuscrits anciens créé par Gérard Lhéritier, qui s’est révélé une escroquerie du genre "jeu de l'avion" pour des dizaines de millions d’euros. A la chute, vertigineuse comme il se doit, d’Aristophil le manuscrit s’est vu classé au patrimoine en 2017. Il fallait juste trouver des mécènes pour le montant requis de 4,55 millions d’euros. C’est finalement une seule personne qui aura tout payé. Emmanuel Broussard, un richissime homme d’affaires, veut ainsi honorer la mémoire de son grand-père, qui fut il y a bien longtemps conservateur de la Bibliothèque de l’Arsenal. En conséquence, «Les cent vingt journées de Sodome» ne finiront pas à la Bibliothèque Nationale, comme prévu, mais à celle de l’Arsenal. Une conclusion finalement très morale...

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."