Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

La Fondation Pinault de Paris n'ouvrira finalement pas avant le printemps 2021

Nouveau report. L'interruption du chantier, puis sa reprise sous haute surveillance vont prolonger les travaux. Et comment faire la fête avec le jet-set cette année?

La coupole XIXe de l'ex-Bourse du Commerce.

Crédits: Fondation François Pinault

Et voilà un report supplémentaire! Dans ce cas-ci, il ne s’agit en plus pas d’un premier renvoi. La Fondation Pinault, qui doit ouvrir à Paris dans l’ex-Bourse du Commerce, avait déjà reporté sa date une fois. Dessiné par l'architecte Tadao Ando dans un bâtiment historique, ce musée privé d’art contemporain devait au départ s’ouvrir à la mi-juin. La date, laissée par ailleurs dans le vague, se voyait reportée il y a quelques semaines en septembre. Le dernier communiqué, envoyé le vendredi 17 avril (en anglais uniquement, alors le musée privé se trouve en France!) parle maintenant d’un début de printemps 2021. Espérons qu’on en restera là.

L’institution suit les aléas de l’histoire, si j’ose dire. Le 9 mars, le bâtiment se voyait remis à son commanditaire. Le gros œuvre était terminé. Il restait les finitions, souvent longues, plus la scénographie. Tout s’est arrêté le 16 mars. Quand le chantier repartira, ce sera avec une lenteur d’escargot. Les corps de métiers devront se suivre dans un ordre précis, avec très peu d’ouvriers à la fois. Il faudra du coup des mois supplémentaires. Une chose que François Pinault voit d’un mauvais œil à 84 ans. Le milliardaire aimerait aussi une inauguration à tout casser. Or comment réunir des invités internationaux, alors qu’il n’y a plus de moyens de locomotion, et que les frontières se sont refermées à double tour?

Et Venise?

Vu l’état des choses, la Fondation finira par ouvrir quoiqu’il arrive. La question sera alors l’avenir des deux bâtiments vénitiens, le Palazzo Grassi et la Punta della Dogana. Les expositions qu’y organise la Fondation Pinault n’y remportent guère de succès public. Celles de 2020 n’ont comme il se doit jamais ouvert. La Punta, qui abrite en général des accrochages collectifs, aurait dû proposer depuis le 22 mars «Untitled». Plutôt monographique, le Grassi devait accueillir dès la même date «Le grand jeu» de Robert Cartier-Bresson et le photographe égyptien Youssef Nabil, vu il y a il y a quelques années à la Maison européenne de la photographie parisienne. Que deviendra la Lagune quand Paris brillera de mille feux? Miuccia Prada, qui occupe sur l’autre rive du Grand Canal le Palazzo Corner della Regina, a pratiquement jeté l’éponge depuis l’ouverture de sa grande fabrique «arty» quelque part dans la banlieue de Milan. Elle n’y organise plus qu’une exposition en été. Une qui n’aura bien sûr pas lieu en 2020.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."