Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

Art/Basel Miami. La folle histoire de la banane de Maurizio Cattelan affole le marché de l'art

Scotchée à un stand, elle était à vendre 120 000 dollars. Il y a eu des acheteurs. Un inconnu en a profité pour voler la vedette à l'Italien.

La banane scotchée.

Crédits: Maurizio Cattelan, Galerie Emmanuel Perrotin, Cindy Orel AP

Le marché de l’art contemporain est-il en train de glisser sur une peau de banane? Il semble permis de le croire en lisant la presse ces deux derniers jours. Art/Basel Miami y a pris une place imméritée. Et cela en raison de la nouvelle prestation de Maurizio Cattelan. L’Italien a «scotché» une banane au murs de la galerie Emmanuel Perrotin («l’homme qui vendrait des réfrigérateurs aux esquimaux», selon le journaliste du «Monde» Harry Bellet). Une vraie banane. L’oeuvre, qui existe en cinq exemplaires numérotés, était à vendre. 120 000 dollars la pièce. Et la chose a marché! Il s’est trouvé trois personnes pour faire l’emplette du fruit le plus cher du monde. Les deux autres, si j’ai bien compris, sont réservés à des institutions. Elle auront le droit de changer la banane autant de fois quelles veulent. «Ce que les gens acquièrent, c’est le concept» a expliqué sans rire Lucien Torres, qui représente Perrotin à Miami.

On comprend ce que Cattelan veut faire. Il s’agit pour cet iconoclaste, revenu à l’art après avoir annoncé sa retraite en 2012, de secouer le cocotier financier. Les prix de l’art contemporain deviennent indécents. Pour une cinquantaine de plasticiens dans le monde, en tout cas. Il faut répondre à ce n’importe quoi en faisant plus grotesque encore. Et à moindre frais, si possible. Je rappelle que les WC en or de l’Italien, qui vaudraient entre cinq et six millions de dollars, ont été volés il y a quelques mois au château de Blenheim en Angleterre. Ils courent encore dans la nature, pour autant que des chiottes puissent courir, bien entendu. Avec une banane, moins de problèmes. Et la leçon paraît encore plus évidente. Oui, le marché de l’art contemporain est bien devenu fou. La faute à trop d’argent généré par une bourse qui a plus que doublé depuis le krach de 2008. Plus la dématérialisation de la monnaie. Cette dernière a rendu les prix abstraits pour les super-riches, alors que les plus pauvres tirent toujours davantage lalangue.

Surenchère

La provocation est une surenchère. Tout le monde sait cela. Un parfait inconnu, David Datuna, qui se présente comme un Américain d’origine georgienne vivant à New York, s’est donc emparé d’une des bananes sacrées. Il l’a pelée. Puis consommée en public. A l’œuvre «Comedian», Datuna a ainsi ajouté son concept «Hungry Artist». Tout s’est passé calmement. L’homme encourt bien sûr des poursuites. Elles permettraient l’un des procès les plus croquignolesques de l’année. Le débutant a surtout saisir l’occasion au vol. Il a ainsi obtenu son quart d’heure de célébrité warholien. Le New-yorkais a assuré lors de sa conférence de presse (car, eh oui, il y a eu une conférence de presse depuis!) qu’il avait reçu entre 40 000 et 50 000 «tweets» de soutien.

Que conclure de tout cela? Que ni la création actuelle ni Art/Basel Miami n’en sortent grandis. Si tous deux se résument pour le public à ce micro-événement, c’est qu’il y a un problème. Notez que les journaux publiant leur récit de l’événement se font fort de raconter chaque jour une histoire irritant leur public. Il paraît que cela fait augmenter les ventes. Il y a là aussi un problème...

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."