Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

La FIAC parisienne jette l'éponge. Le prochain rendez-vous est fixé en octobre 2021

Trop de complications. Le salon est très international, tant du côté des exposants que ce celui du public. La direction a décidé de tout laisser tomber pour cette année.

Yahoi Kasuma sur la place Vendôme. Une annexe de la FIAC.

Crédits: AFP

Boom bada boum! La FIAC a envoyé tardivement dans la soirée du 14 septembre son communiqué par courriel. La foire n’aura finalement pas lieu cette année. La 47e édition se voit ainsi reportée du 22-25 octobre 2020 au 21-24 octobre 2021. Elle se déroulera du coup au Grand Palais Ephémère, qui reste à construire près de la Tour Eiffel. Le Grand Palais tout court sera alors entré en travaux. On sait qu’il doit s’agir là d’un lieu pour les Jeux olympiques de Paris 2024.

Ces dernières années, le salon organisé par Jennifer Flay avait pris de l’extension. La dame n’est pas sans ambitions. Elle avait ainsi colonisé en face quelques recoins du Petit Palais, le Jardin des Tuileries, la place Vendôme et celle de la Concorde. L’art contemporain a besoin, on le sait, de beaucoup de place. Tout cela se voit annulé dans la foulée. Les exposants pourront ici se voir remboursé «à 100 pour-cent». La FIAC n’a apparemment pas les mêmes problèmes de trésorerie qu’Art Paris. Un Art Paris qui restera la seule grande foire de l’automne, le Salon du livre rare prévu pour le week-end prochain au Grand Palais restant tout de même assez confidentiel. Le salon s’est déroulé juste avant que la France serre la vis sanitaire. De la chance dans la malchance.

"Incredibly thankful"

La FIAC assure avoir été en consultation permanente (ou presque) avec ses exposants, bien plus internationaux que ceux d’Art Paris. Ces contacts ont permis de réaliser que le manifestation ne pouvait pas, dans les circonstances actuelles, correspondre aux attentes des marchands. Le public étranger, voire provincial, risque bien de ne pas pouvoir (ou vouloir) venir. Le communiqué (en anglais) se termine avec les phrases convenues que l’on attendait. La direction du salon se dit «incredibly thankful» pour la compréhension de ses participants, de ses partenaires, de ses sponsors et pendant qu’on y est de ses visiteurs, qui n’ont pourtant pas été consultés.

Il ne manque maintenant plus que la décision de Fine Art Paris, qui se déroule en principe du 18 au 20 novembre sous tente dans la Cour du Dôme des Invalides. Il s’agit ici d’un salon voué à l’art ancien, dont les bases restent pour l’essentiel françaises. On verra bien… ou ne verra pas.

P.S. Aux dernières nouvelles le PAD, repoussé à l'automne est renvoyé à Paris en avril 2021. Paris Photo entend en revanche conserver ses dates du 12 au 15 novembre au Grand Palais.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."