Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

La BRAFA numéro 64 de Bruxelles comportera en janvier six galeries genevoises

La foire affiche comme toujours de grandes ambitions. Si Paris est à la baisse, la BRAFA doit encore faire profil bas devant Maastricht. Il y aura 133 galeries à Tour & Taxis contre 276 au MECC néerlandais.

Charly Bailly, qui est un habitué de Bruxelles. Naturalisé genevois, l'homme est d'ailleurs partout.

Crédits: Tribune de Genève

On ne sait rien d'Artgenève, qui doit pourtant se dérouler du 31 janvier au 3 février 2019. Quand j'ai naïvement tenté de m'accréditer avant-hier, un algorithme m'a signalé une impossibilité. Et pour cause! La feuille à remplir reste celle de janvier 2018. Il deviendrait pourtant temps de communiquer... A la même date, ou presque, il y a la BRAFA de Bruxelles. Une foire qui a les dents longues à en rayer le parquet. Et de la BRAFA, je sais déjà tout. Le dossier de presse électronique ne compte pas moins de 51 pages.

Les dates pour commencer. La soixante-quatrième édition de la BRAFA se déroulera du 26 janvier au 3 février. Ce sera bien sûr sur le site de Tour & Taxis, qui a dynamisé cette foire naguère installée au Palais des beaux-arts (actuel Bozar). Il y aura 133 exposants provenant de seize pays. C'est beaucoup par rapport à la catastrophique dernière Biennale des antiquaires de Paris (62), mais peu en regard de la gargantuesque TEFAF de Maastricht qui en comptera 276 du 16 au 24 mars.

Seize nouveaux-venus

Une foire comme la BRAFA suppose une certaine tourne, histoire de donner une idée d'évolution. Il y aura ainsi 16 petits nouveaux en janvier 2019. J'ai regardé la liste. Les apparitions vont de Martin Doustar, qui est un excellent marchand d'arts premiers... de Bruxelles, à Heritage, découvert à Miami Basel Design. Cette maison moscovite s'est fait une spécialité des arts décoratifs soviétiques. J'ai également noté Röbbig de Munich, qui montre toujours à la TEFAF de spectaculaires meubles français du XVIIIe et des montagnes de porcelaines de Meissen. Von Vertès viendra de Zurich. Brame & Lorenceau de Paris. Simon Studer & Associés du Port Franc de Genève. Côté respectable, je précise. Ce cabinet spécialisé dans l'art moderne et contemporain ne ne situe pas hors douane. Notons au passage que Simon Studer sera simultanément à Artgenève, comme il me l'a confirmé.

Il y aura du coup six maisons genevoises à Bruxelles. Outre Marie-Laure Rondeau, qui fait le voyage pour Grand-Rue depuis au moins dix ans, j'ai noté Phoenix Ancient Art, Charly Bailly, Schifferli (qui a fait ici ses débuts en 2017) et Opera. Plus Simon Studer. J'ai cru comprendre que certains déménagements s'effectueront en commun. Un seul camion. La profession a avantage à s'entraider plutôt qu'à se tirer dans les pattes, comme c'est le cas à la Biennale de Paris.

Gilbert & George hôtes d'honneur

Que dire d'autre? L'édition 2019 se verra comme toujours présidée par Harold t'Kint de Roodenbeke, dont j'ai du mal à retenir le nom. L'artiste invité sera double puisqu’il s'agit de Gilbert & George. On espère beaucoup de visiteurs. En 2017, ils étaient environ 65 000. Ils sont supposés voir des choses variées, placées sous le signe du «cross collecting». Comprenez par là que la tendance actuelle est au mélange des genres. Si vous voulez en savoir davantage, je vous renvoie à www.brafa.art

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."