Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

La Biennale Paris jette l'éponge. Elle passe de septembre 2020 à septembre 2021

Rebaptisée, la Biennale des Antiquaires craint le pire en dépit d'une liste de participants de passé 85 noms. Mieux vaut sauter une année que se désister à la dernière minute.

L'entrée d'une des dernières Biennales.

Crédits: Philippe Lopez, AFP.

Boum badaboum! C’est maintenant la Biennale des Antiquaires de Paris, rebaptisée La Biennale Paris, qui vient de jeter l’éponge. La trente-deuxième édition ne se déroulera pas comme prévu en septembre au Grand Palais. Elle se voit reportée à l’automne 2021. La chose ne pourra du coup plus avoir lieu dans le vénérable bâtiment, qui devrait alors se retrouver en travaux. La manifestation se tiendra dans le Palais éphémère, construit à grands frais en forme de croix par Jean-Michel Wilmotte au pied de la Tour Eiffel. Il faudra du coup voir si les dépenses se verront redimensionnées, comme pour le Grand Palais. Le coût extravagant des travaux prévus non loin de l’Elysée en prévision des Jeux olympiques se voit en effet budgété à près d’un demi milliard d’euros. Du délire…

La nouvelle n’a rien d’étonnant pour la Biennale. Celle-ci assure cependant ne pas agir par désintérêt des marchands. Il y avait, selon le communiqué de presse, plus de 85 galeries inscrites. Dix-huit de plus, si mes souvenirs sont bons, qu’en 2019. Mais 200 de moins que pour la TEFAF de Maastricht. La plupart des exposants en question, qui ne devaient verser leur écot pour la location des stands qu’après la Biennale, seraient par ailleurs partants pour la version 2021. Il y a même une liste de noms. Les causes invoquées sont donc bien le Codid19 et «les risques sanitaires liés à l’organisation d’un événement d’ampleur internationale.» Je dois quand même rappeler que les trois éditions de la Biennale, devenue annuelle, n’ont de loin pas été des succès fracassants. Les observateurs se demandaient même à chaque fois si ce serait la dernière.

Evénements en ligne

Il n’y a pas que le spectre des frontières fermées retenant marchands et clients. Les organisateurs de manifestations vivent désormais dans la hantise d’une crise économique grave. Le genre de choses qui ne vous pousse pas précisément à aller de l’avant. Cela dit, d’ici 2021, la Biennale Paris prévoit différents événements en ligne. Ne me demandez pas lesquels. Selon le communiqué lui-même, ils restent à préciser. «Le programme sera dévoilé ultérieurement.»

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."