Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

La Biennale de Florence jette l'éponge. La prochaine édition sera en septembre 2022

Le Palazzo Corsini correspond mal aux règles sanitaires. La manifestation tient à se dérouler "dans un climat de sécurité et de sérénité". Elle attendra.

L'affiche de la Biennale de 2019. Modèle horizontal.

Crédits: BIAF, Florence 2021.

Une fois c’est oui. L’autre c’est non. Il est intéressant de voir comment les grands rassemblements réagissent aux aléas de la pandémie. Je vous ai récemment dit qu’Arles entendait avoir lieu coûte que coûte dès le 4 juillet. Je vous ai annoncé que la Biennale de Venise espère ouvrir au forceps le mois prochain, autrement dit le 22 mai. La TEFAF automnale de New York vient en revanche de se voir repoussée d’un an. Et voici que la 32e Biennale des Antiquaires de Florence (BIAF) se retire elle aussi du calendrier 2021. Ce sera pour 2022.

Il faut dire que la 31e a bien eu lieu en 2019. Je vous en vais du reste parlé, après l’avoir vue. Il semble toujours plus facile de jeter l’éponge quand c’est pour la première fois. La seconde passe plus mal. Elle donne aux habitués l’impression spongieuse que c’est définitivement terminé. Dans un tout autre genre, celui de la nouba populaire, Paléo souffre ainsi à Nyon de ne pas pouvoir faire éclater ses décibels pour la deuxième fois consécutive. Et la renonciation à un Art/Basel supplémentaire, que je sens poindre, prendra des air de défaite. Une chose que ne compensera pas la sur-communication actuelle de la foire d’art contemporain suisse (1).

De petits espaces dans un grand palais

Mais revenons à Florence. La BIAF avait annoncé sa tenue en septembre à condition que la situation sanitaire soit réglée. Ce n’est pas le cas en Italie, où la plupart des régions adoptent en ce moment une couleur rouge vif sur la carte. Il y a en plus le lieu choisi. L’immense Palazzo Corsini, sur le Lungarno Corsini, se compose au rez-de-chaussée de petits espaces fixes et confinés. Très mauvais! Il y a bien sûr la suite, avec un escalier véritablement monumental, mais le public ne pourra jamais conserver les distances sociales voulues. Je ne fais pas ici allusions aux bisous mondains, mais au simple espace entre les visiteurs dès qu’ils seront plus de trois par stand. Il y a aussi, comme partout, la question du public étranger. Pourra-t-il venir, et sous quelques conditions?

Dans ces circonstances, mieux valait donc repousser les dates. Ce sera du 24 septembre au 2 octobre 2022. «Nous voulons accueillir à Florence les galeristes et collectionneurs en toute sécurité et sérénité» a déclaré Fabrizio Moretti, le secrétaire général de la manifestation. Toujours cette obsession de l’imaginaire risque zéro! En 2022, la TEFAF, annulée en mars 2021, se sera déroulée quelques mois plus tôt à Maastricht. La Biennale des antiquaires de Paris est bel et bien morte, même si elle devrait laisser ses orphelins participer à une nouvelle foire «Ex», à laquelle je ne crois guère. Il devrait enfin y avoir eu auparavant, en janvier 2022, une BRAFA à Bruxelles. L’édition 2021 a fini dans les choux. Choux de Bruxelles, bien évidemment!

(1) Voilà qui tranche avec la non-communication d'ArtGenève! Plus aucune nouvelles depuis 2020...

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."