Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

Jean-Paul Goude achète la Villa Zilveli, chef-d'oeuvre en péril des années 1930

La maison est l'une des deux seules oeuvres connues de Jean Welz. Au bord de l'écroulement, elle a été utilisée par Virginie Despentes pour "Vernon Subutex".

La villa à l'origine. Imaginez la chose en vert pomme.

Crédits: DR

J'ai décidé il y a quelque temps de vous donner parfois AUSSI de bonnes nouvelles. Il faut arrêter avec la sinistrose perpétuelle des intellectuels. Autrement, on ne fera plus jamais rien. L'histoire d'aujourd'hui, tirée de «Vanity Fair», se situe à Paris. Rue Georges Lardennois, aux Buttes Chaumont, pour être précis. Elle met en scène Jean-Paul Goude, un monsieur pour lequel j'éprouve par ailleurs beaucoup d'admiration. Je me souviens du défilé du 14 juillet 1989, des campagnes publicitaires pour les Galerie Lafayette ou du film qu'il tourna pour le parfum «Egoïste», longtemps projeté au Centre Pompidou. On a revu tout cela dans la rétrospective que lui ont consacrée en 2011 les Arts Décoratifs, qui ne s'appelaient pas encore à l'époque le MAD.

En arrivant dans la capitale Goude, aujourd'hui âgé de 78 ans, a été fasciné par une maison moderniste des années 1930. Il a fini par habiter juste à côté. Il faut dire que la Villa Zilveli, construite pour le Gréco-Turc Athanase Zilveli, possède tout pour séduire. Il s'agit d'une des deux seules constructions de son auteur, l'Autrichien Jean Welz. Un homme ayant travaillé avec Josef Hoffmann, Adolf Loos, Robert Mallet-Stevens et Le Corbusier. Excusez du peu. Welz, qui a préféré gagner l'Afrique du Sud en 1937, n'a pas continué sa carrière là-bas, où il est mort à 74 ans en 1975. Il avait imaginé pour son commanditaire une construction un peu folle, sous son air rationaliste. Le corps de logis est suspendu à cinq du mètre du sol. La façade était à l'origine vert pomme. Tout reposait sur des pilotis de béton, aujourd'hui arrivés en fin de course.

Sonnette d'alarme en 2006

Il y a en effet longtemps que ce monument a été déclaré en péril. L'architecture moderne se révèle plus fragile qu'on le croit. Les héritiers ne s'entendaient pas entre eux. La maison était laissée à son sort. La sonnette d'alarme avait été tirée en 2006 déjà. Mais rien n'avait été fait. La carcasse tenait du coup par miracle. C'est là que se passe une partie du «Vernon Subutex» de Virgine Despentes (quand sera-t-elle au fait à l'Académie française?), qui y a situé un squat. Deux ventes ont déjà été organisées afin de trouver un repreneur. La première a échoué, l'acquéreur n'ayant pas trouvé les fonds. La seconde s'est tout aussi mal passé. Il en fallait une troisième. C'est donc Jean-Paul Goude qui a emporté le morceau, vendu paradoxalement plus cher que les deux premières fois. Pour une ruine d'assez petite taille, 2,2 millions d'euros, c'est tout de même très cher.

La même maison en 2010. Photo DR

Le publicitaire, cinéaste, graphiste et je ne sais quoi encore s'en rend parfaitement compte. «Ce sera un gouffre financier, quand je pense aux restaurations.» Un élément secondaire. «Ma vie est dans mes fantaisies.» Et puis il fallait arracher le morceau aux promoteurs immobiliers, qui auraient tout rasé. L'homme compte moderniser l'intérieur, qui ne contient plus rien d'origine. Puis il va s'y installer Et y travailler. Pour vous donner une idée du chantier, je vous ai trouvé deux photos de la villa, souvent citée. Avant et maintenant. Vivement après!

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."