Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

Jean-Michel Wilmotte construira à Paris un Grand Palais éphémère

Le bâtiment originel va entrer en travaux. Il devra être prêt pour les Jeux olympiques. En attendant, une structure légère fonctionnera près de la Tour Eiffel.

Le projet, qui deviendra réalité entre 2020 et 2021.

Crédits: Bureau Jean-Michel Wilmotte

Vous n'êtes pas sans savoir que le Grand Palais parisien (GP) sera en travaux de 2021 à 2024. Je vous ai déjà dit que la facture, plutôt salée, se montera à 466 millions d'euros. Si tout va bien. Le bâtiment devra être prêt pour les Jeux olympiques d'été, pour lequel il se verra utilisé. La culture reprendra ensuite ses droits. La politique du GP sera alors confiée à Chris Dercon, qui a déjà pris ses fonctions. L'homme a derrière lui le Boijmans Van Beuningen de Rotterdam. La Tate Modern de Londres. Devant lui, cela semble plus nébuleux. L'homme n'est pas précisément le perdreau de l'année. Il a déjà 61 ans.

On aurait pu faire son deuil pendant quatre ans des expositions du GP, où Toulouse-Lautrec et Le Greco se disputent aujourd'hui les cimaises. Mais il y a allait sans doute du prestige de la France, même si les dernières expositions organisées là («Rouge», «La Lune») ont laissé leur maigre public à juste titre de glace. Il faut donc à la capitale durant le chantier un Grand Palais éphémère, élevé à partir de l'année prochaine. Notez que Genève avait bien fait la même chose en installant sur la place des Nations un Grand Théâtre provisoire. Il tarde du reste à s'en aller, alors que l'édifice de la Place Neuve fonctionne, ou du moins tente de le faire. La presse locale n'arrête pas de faire des choux gras de ses malheurs.

Sur le Champ-de-Mars

L'emplacement choisi est le Champ-de-Mars. Là où se déroulaient naguère les Expositions universelles. L'architecture en a été confiée à Jean-Michel Wilmotte, l'architecte qui a failli défigurer la Gare du Nord (aujourd'hui menacée par un projet pharaonique à 600 millions). Il a défini ses objectifs dans «Le Parisien», qui reste après tout le journal des habitants de la capitale. On sait ainsi désormais que le bâtiment, en forme de croix, couvrira un hectare. Ses dimensions seront de 150 mètres sur 32. Sa hauteur de 20 mètres. Un agrandissement temporaire de 4650 mètres carrés est prévu pour la FIAC ou Paris Photo, qui constituent pourtant selon moi des manifestations commerciales. Le coût de la chose devrait s'élever à 40 millions d'euros. De l'argent public.

Wilmotte a voulu privilégier le bois. Ce sera une structure légère. Posée sur une chape de béton, tout de même. La construction devrait ainsi pouvoir se revendre, même si on ne sait pas encore à qui. Elle englobera la statue de Joffre. En revanche, le Mur de la Paix disparaîtra. Ne vous réjouissez pas trop vite! Cette sculpture archi bien pensante se verra préservée pour après. Il faut dire qu'elle pose un et même deux gros problème(s). Il y a non seulement le sujet (tout le monde est pour la paix, même si des tas de gens font la guerre), mais l'auteur. Il s'agit d'une œuvre de la défunte Clara Halter (1942-2017). L'épouse de l'écrivain Marek Halter. Celui qui écrit sur les ghettos et le malheur du monde. Vous imaginez les polémiques si cette sculpture venait à passer à la poubelle. En plus, Clara avait été aidée par un architecte. Et celui-ci n'est autre que Jean-Michel Wilmotte...

Genève aussi...

Je ne jetterai pas la pierre à Paris. Genève a bien connu, à propos du génocide arménien, l'affaire des «Réverbères de la mémoire» de Mélik Ohanian. Ils ont fini l'an dernier au Parc Tremblay après qu'une opportune découverte archéologique a empêché leur installation en pleine ville... Y aurait-il par chance des fondations gauloises près de la Tour Eiffel?

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."