Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

Jean-Luc Godard installe son "Studio d'Orphée" à Milan chez Miuccia Prada

Le Vaudois a tout déplacé depuis Rolle. A 89 ans, il se retrouve muséifié de son vivant. Il y a là ses films, ses livres, ses meubles et ses effets personnels.

Le Studio d'Orphée.

Crédits: Jean-Luc Godard, Fondazione Prada, Milan 2019.

Miuccia Prada tient sa dernière prise de guerre. Il ne s'agit pas moins que de Jean-Luc Godard, 89 ans depuis le 3 décembre. Le 4 décembre, le cinéaste a définitivement installé «Le studio d'Orphée» à la Fondation créée par la marchande de vêtements de (pseudo) luxe dans la périphérie de Milan. Il s'agit d'un atelier, d'un studio de montage et d'un lieu de vie. Tout en un. Le local que le réalisateur avait créé à Rolle a été installé au premier étage de la galerie Sud. Il y a aussi bien là le matériel des films tournés par le Vaudois depuis 2010 que ses meubles, ses livres, ses tableaux et ses objets personnels. Godard se retrouve ainsi muséifié de son vivant, alors que Marcel Proust a dû attendre quelques décennies après sa mort pour que sa chambre se voie reconstituée à Paris, au Musée Carnavalet.

Parmi les œuvres transportées figure «Le livre d'images» de 2018. Encore un de ces films du réalisateur d'«A bout se souffle» qui font parler d'eux au moment de leur création sans attirer par la suite un seul spectateur dans les salles. Si jamais ils sortent en salles bien sûr, ce qui devient de plus en plus aléatoire. Il y a aussi neuf courts-métrages. Ils vont de «On s'est tous défilés» de 1988 à «Une catastrophe» de 2008 en passant par «De l'origine du XXIe siècle» de 2000 ou «Une bonne à tout faire» de 2006. Les visiteurs peuvent alternativement les découvrir sur des moniteurs que Godard employait comme outils de travail. Il y a aussi une nouveauté à Milan. Godard a conçu pour Miuccia Prada une installation sonore dans l'ascenseur. Très chic. Plus intellectuel en tout cas de la banale petite musique habituelle. La pièce s'intitule «Accent-soeur». On voit que le Suisse n'a pas renoncé à ces jeux de mots qui ont toujours émaillé son œuvre.

Jean-Luc Godard. Photo Tribune de Genève.

Je vous passe le charabia entourant cet événement. Je préfère vous livrer ma petite réflexion. Elle sera plus ironique que morose. Je rappellerai juste qu'avant de devenir milliardaire, Miuccia Prada était communiste, voire maoïste. Tout comme Godard, qui a multiplié les brûlots cinématographiques après Mai 1968. Le Vaudois a alors réalisé des longs-métrages restés presque inédits faute de distributeurs ("Luttes en Italie", "Vladimir et Rosa"...) . Et voilà tous deux se retrouvent aujourd'hui dans le même «establishment» culturel. Le monde n'est plus qu'un vaste toboggan entre la gauche et la droite. Un toboggan culturel où l'on retrouverait aujourd'hui plusieurs milliardaires d'art comme Maja Hoffmann ou Francesca Thyssen. Si l'argent n'a pas d'odeur, il garde tout de même une couleur politique.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."