Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

Jean de Loisy passe du Palais de Tokyo à l'Ecole nationale supérieure des beaux-arts

C'est une fin de crise. Du moins peut-être. L'ENSBA ne va jamais bien. Le nouveau directeur possède pour lui des expositions à succès et un réseau international superbe. Mais il y a encore les élèves à convaincre.

Jean de Loisy, un judoka gentleman.

Crédits: AFP

C'est fait, mais tout reste à faire. Jean de Loisy a été nommé à Paris à la tête de l'ENSBA, ou Ecole nationale supérieure des beaux-arts. La désignation de cet homme de 61 ans ne contente bien sûr pas tout le monde. Nous sommes en France. Troisième tête à se retrouver en front de Seine depuis trois ans, Loisy serait selon certains trop vieux. Place aux jeunes! Sa double particule (Jean de Loisy d'Arcelot) fait par ailleurs mauvais genre. Surtout dans un lieu qui se veut formateur et un brin politisé. Et cela même si certains artistes y ayant fait un séjour malheureux estiment que, finalement, l'ENSBA ne sert à rien. A rien si ce n'est à imposer les idées des professeurs aux élèves.

Je récapitule. Il y a d'abord eu à l'ENSBA Nicolas Bourriaud, qui a fini par se mettre tout le monde à dos. A 50 ans, l'homme s'est vu éjecté de l'école avec de larges commentaires dans la presse. Ce commissaire d'expositions, dont on peut par ailleurs lire les chroniques mensuelles dans «Beaux-Arts Magazine», dirige aujourd'hui La Panacée à Montpellier. Un établissement qui a ici bien mérité son nom. Lui a succédé un artiste, Jean-Marc Bustamante. Si Bourriaud était accusé d'avoir vendu l'âme de l'institution au grand capital et de ne pas avoir assez écouté les élèves, qui restent après tout de grands enfants, Bustamante s'est retrouvé pris dans de douloureuses affaires de harcèlement sexuel ou moral dan son entreprise. Ont suivi sept plaintes pour racisme vis-à-vis du personnel. On va ici vers le procès. Bustamante espérait l'aide du Ministère de la culture, que celui-ci lui a refusée. Exit!

Entrée en janvier 2019

Loisy arrivera lui, le 5 janvier 2019, avec pour lui le succès du Palais de Tokyo, qu'il dirige depuis 2011. Un endroit dont je viens du reste de vous parler. Il vient de se voir nommé par Franck Riesner, l'actuel Ministre de la culture. Il lui faudra redresser la barre. L'Ecole doit se réconcilier avec ses propres élèves. Il y a la fronde organisée par la dame en charge des cours, Joan Ayrton. Quinze professeurs seront à trouver dans les deux ans, les titulaires arrivant à la retraite. L'homme aura en sus à réorienter un musée n'existant pas encore. Dommage du reste! Les collections patrimoniales de l'établissement sont richissimes, même si ce ne sont pas elles qui alimentent aujourd'hui l’exposition Georges Focus dont on parle beaucoup ces temps. Je vous renvoie à ma chronique sur ce sujet. Bref, comme aurait dit ma grand'mère, il s'attelle à une charrue à chiens.

Je précise que Jean de Loisy, qu'a désigné un jury où l'on retrouvait Catherine Grenier de la Fondation Giacometti comme Christian Bernard, ex-directeur du Mamco genevois, a beaucoup de manifestations à succès derrière lui. Ce judoka, qualifié de «gentilhomme» par «le Figaro», possède du coup un réseau international impressionnant. Il pourra «repositionner» l'Ecole. Reste que ses étudiants semblent toujours au bord de la révolution. Bustamante s'était ainsi retrouvé enfariné cet été. Cela vaut mieux, il est vrai, que de finir la tête coupée au bout d'une pique.



Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."