Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

"Images" de Vevey se termine sur un succès honorable: 35 000 amateurs de photo

Le festival en reste à une durée de trois semaines. Il y a eu des réactions internationales, mais ce n'était pas la bonne année. Prochain rendez-vous en 2022.

L'installation de June Calypso.

Crédits: Photo fournie par "Images", Vevey 2020.

Eh oui! C’est déjà fini. «Images», qui se déroule une fois tous les deux ans, fait partie des plus courtes manifestations de cette importance. Il n’y a pas eu de prolongation cette année, alors même que le biennales tendent depuis une décennie à s’étirer. Le festival organisé par Stefano Stoll, qui en arrivait à sa septième édition en 2020, a donc bouclé ce que je n’oserait pas appeler ses portes le dimanche 27 septembre. On sait que l’essentiel de ce qui constitue avant tout une promenade se déroule en plein air.

Stefano Stoll (avec chapeau) et le conseiller fédéral Alain Berset. Photo fournie par "Images", Vevey 2020.

Quel bilan tirer cette année? Mais bon, je vous remercie! Il y a eu (à la louche selon moi) 35 000 visiteurs. Ceux-ci avaient à choix cinquante accrochages, photos géantes ou vidéos à voir. Cinquante, c’est comme par hasard le même chiffre que les «Rencontres» d’Arles, qui n’ont pas eu lieu cet été. Les gens ont dû voir en moyenne entre quatre et cinq installations intérieures, si je sais bien compter. «Images» annonce en effet 160 000 entrées. Sans billetterie. Je rappelle que la manifestation veveysanne demeure entièrement gratuite. Une rareté en Europe. La cité estime cependant les retombées économiques entre deux et trois millions. Une paille par rapport à l’impact du festival de théâtre (annulé lui aussi en 2020) en Avignon, qui compte lui en dizaines de millions. Mais «Images» n’implique pas un séjour de plusieurs jours, avec les frais d’hôtel que la chose suppose.

Biennale jumelle en Sicile

La prochaine version d’«Images» se déroulera en septembre 2022. La chose n’implique pas un long repos jusque là. En 2021 il y aura l’organisation du Grand Prix de photographie. Est également prévue l’inauguration de l’Espace Vevey Images, mais sans la participation financière de Nestlé qui se retire toujours davantage de la vie veveysanne. «Images» s’occupera par ailleurs de la biennale de Gibellina, en Sicile. Entièrement détruite en 1968 par un de ces séismes dont l’île se retrouve régulièrement victime (le pire, suivi d’un tsunami, remonte à 1693), la cité a été reconstruite «ab nihilo» à onze kilomètres de l’ancien site. Elle fait depuis partie des hauts-lieux de l’art contemporain.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."