Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

Il faudra désormais réserver son billet à l'avance pour aller au MEG genevois

Comme il n'y a pas d'exposition en ce moment, le prix est de zéro franc. Genève va à rebours des autres cantons, où l'on craint une baisse de public.

Le MEG, vu de l'extérieur.

Crédits: Tribune de Genève.

Attention! Avec la réouverture tant attendue des musées suisses le 1er mars, le MEG passe discrètement à la réservation obligatoire. Comme toujours, Genève fait le contraire des autres cantons, où le nôtre fait rire de commisération nos compatriotes. Je vous ai déjà dit que le Kunstmuseum de Bâle allait proposer dès le 2 mars la grande semaine de gratuité, afin de retrouver son public. Nombreuses sont les autres institutions helvétiques qui emboîtent le pas en ouvrant leurs portes un jour ou deux sans contrepartie financière. Leur grande peur est qu’il n’y ait plus assez de monde par rapport aux jauges autorisées. L’habitude de sortir s’est perdue.

Courageusement, Genève adopte donc la démarche inverse, alors qu’on ne se bouscule pas dans ses institutions. J’étais le seul et unique visiteur lorsque j’ai revu «Dubuffet, Un barbare en Europe» le dernier jour avant la fermeture sanitaire le 23 décembre. Il faut donc réserver pour «Boissonnas et la Méditerranée», qui a finalement été prolongé au Musée Rath en dépit d’une petite inondation. Curieusement, il n’en va pas de même pour le MAH. Ni pour l’Ariana même s’il est possible de prendre, sur le site du «musée pour le verre et la céramique», un billet pour le jour voulu. Il y a comme cela des gens aimant se faire des programmes bétonnés longtemps en avance. Dans un tout récent entretien que j’ai publié en compagnie de Patrick Gyger, depuis peu à la tête de Plateforme10 à Lausanne, ce dernier s’est pourtant déclaré hostile à ce genre de plaisirs différés.

Le créneau voulu

Mais revenons en au MEG, qui n’a pour sa part pas prolongé l’exposition Dubuffet en dépit d’une double fermeture en novembre, puis en janvier-février. Les personnes désirant voir l’exposition permanente, qui n’a selon moi pas bougé d’un iota depuis la réouverture du musée fin 2014 (1), doivent donc s'inscrire en ligne. Le site du musée propose les jours et les heures, ainsi que les disponibilités restantes. Aux intéressés de choisir un créneau. La visite demeure en fait gratuite. Comme le site a été rabiboché à partir de celui de l’exposition, tous les prix affichés sont de zéro franc.

On verra comment ce sera quand le MEG (2) proposera une nouvelle exposition. Je précise cependant que dans ce lieu où l’on va décoloniser et faire de la repentance à tout-va avec le directeur Boris Wastiau dans le rôle du grand sangloteur blanc (3), les manifestations temporaires devraient changer de caractère. Nous serons dans un forum politique engagé, où l’on fera du co-commissariat avec les peuples autochtones.

(1) Il semble me souvenir le que le musée avait alors promis de modifier au moins dix pour-cent des pièces présentées par an. Il est vrai que l’actuelle présentation devrait avoir disparu en 2023. Trop traditionnelle.
(2) Tiens! Au fait le MEG n’a toujours pas communiqué son nouveau nom post-colonial.
(3) Je fais ici allusion à «Le sanglot de l’homme blanc» de Pascal Bruckner, qui fit scandale lors de sa première parution en 1983.

Pratique

www.ville-ge.ch/meg/

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."