Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

GENÈVE/Sotheby's vend à prix fixes de l'"Art à porter" durant trois jours

Crédits: Eliane Fattal/Sotheby's, Genève 2018

Artgenève commence aujourd'hui pour les invités du vernissage. Ouverte demain au public, qui aura jusqu'au 4 février pour se rendre à Palexpo, la foire reste donc réservée ce mercredi non pas aux happy few mais à des many few, vu le nombre des invitations envoyées. Le commerce spécialisé a bien sûr voulu venir en amont de la manifestation genevoise. Les galeristes des Bains. Quelques autres aussi. Il n'y avait aucune raison pour que Sotheby's ne se jette pas dans l'élégante mêlée. Une «selling exhibition» a été organisée sous l'égide de l’exubérante Caroline Lang, sa directrice charismatique. Sur le plan de sa tête pensante, la firme reste ici sans concurrence. Il ne me viendrait jamais à l'esprit de parler d’exubérance à propos d'Eveline de Proyart, à la tête de Christie's Genève. La dame me paraît plutôt réfrigérante. 

L'étage du nouvel immeuble de Sotheby's, 2, rue Diday, ressemble ainsi à un stand qui pourrait se trouver à Artgenève, ou mieux encore au PAD qui en fait désormais partie. «Art-à-porter» mélange joaillerie contemporaine et design. Ancien et moderne, celui-là. Des pièces du créateur genevois Philippe Cramer, un monsieur dont je vais incessamment vous parler, se retrouvent en compagnie d'objets et de petits meubles «vintage» placés dans le catalogue (anglophone) sous le signe du «Various». L'idée est bien se séduire avec un cocktail de réalisations où la photographie (représentée par Sylvie Roche ou Darren Almond) trouverait aussi bien sa place que la peinture décorative (avec un Vasarely).

Tarifs "on request" 

Tout se révèle à vendre. «C'est du reste bien le but», explique avec un grand rire Caroline Lang. Les prix sont fixes. Ils manquent hélas sur les étiquettes, où tout reste non pas «selon grosseur», comme dans les restaurants de luxe, mais «on request». Il faut s'attendre à des tarifs pour le moins variés. Il y a un monde entre un vase en verre de Venise de Venini assez courant et les bijoux anciens constellés de diamants que recycle d'une manière actuelle Eliane Fattal. Les exigences ne sont pas les mêmes pour une paire de tabourets du «chérissime» Jean-Michel Frank et pour les créations locales de Philippe Cramer. Vous avez jusqu'à vendredi pour voir le tout, qui reste en fait assez petit.

Pratique

«Art-à-porter», Sotheby's, 2, rue Diday, Genève du mercredi 31 janvier au vendredi 2 février. Tél. 022 908 48 00, site www.sothebys.com Ouvert de 10h à 18h.

Photo (Sotheby's Genève): Un bijou ancien recyclé par Eliane Fattal.

Texte intercalaire.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."