Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

GENÈVE/Piguet va disperser 427 bijoux et objets de Gilbert Albert

Crédits: Gilbert Albert/Piguet, Genève 2018

C'est, comme on dit toujours dans ces cas-là, la fin d'une époque. Le 10 décembre, à 16 heures puis à 19 heures 30, Piguet ne dispersera pas moins de 427 bijoux et objets précieux de Gilbert Albert à la rue Prévost-Martin. On sait que le Genevois, aujourd'hui âgé de 88 ans, a connu bien des déboires après son rachat par l'Iranien Majid Pishyar. Ouvert en 1973, son magasin de la Corraterie a fermé ses portes le 31 décembre 2013. Le local reste d'ailleurs à louer. L'an dernier, celui qui fut l'une des figures flamboyantes de la ville étalait encore son amertume dans des «Mémoires remis à jour», parus chez Slatkine. Il est difficile d'avoir possédé des magasins de Zurich à Paris en passant par Dubaï, d'avoir été le premier artiste vivant à exposer depuis Fabergé au Kremlin (c'était en 1991) et de se retrouver un jour dans un petit bureau à l'étage du quai des Bergues. 

Je ne vais pas vous raconter encore une fois la vie de cet homme fort en gueule qui a su se faire tout seul. Né en 1930, Gilbert est entré à l'Ecole des arts industriels en 1945, à la fin de sa scolarité obligatoire. Ce brillant sujet est ensuite devenu le designer, puis le chef d'atelier de Patek Philippe durant sept ans. En 1960, il a fait sensation avec ses montres asymétriques, alors révolutionnaires. Il s'est mis à son compte deux ans plus tard. L'homme a reçu de très nombreux prix, dont dix Diamond Awards. Trois pour Patek, deux pour Oméga et les autres pour lui-même. Dans les années 60, le créateur étonnait par sa nouveauté. Il s'est cependant vite créé un style reconnaissable, qui s'est figé. Celui-ci repose avant tout sur le mélange des pierres précieuses avec des coquillages, des fossiles ou des carapaces de scarabées.

Prix très doux

Gilbert Albert a toujours eu une haute idée de lui-même. Si certains le voyaient à l'en croire «orfèvre égyptien, bijoutier du Bénin ou perceur de cailloux et de coquilles dans la préhistoire», il se disait «d'avant-hier, d'aujourd'hui mais aussi de demain», comme le rappelle le catalogue de la vente. Celle-ci comprendra quelques lots phares, mais aussi du tout-venant. L'orfèvre a énormément produit dans ses ateliers à des prix très divers. J'ai ainsi noté dans le catalogue en ligne des coupe-papiers, des pendentifs, des boucles de ceinture ou de modestes bijoux. Ils se verront proposés à des estimations très douces. Tout débute parfois à 100 francs. D'une manière générale, comme souvent chez Piguet, les tarifs restent au ras des pâquerettes. Aux amateurs de les faire monter. Avec cette vente Gilbert Albert, une prévision entre 3000 et 5000 apparaît déjà énorme. Seuls quelques lots suscitent des prévisions entre 12 000 et 18 000. Le sommet devrait être atteint par la pendulette (numéro 421) combinant toutes sortes de pierres enchâssées dans de l'or sur un énorme cristal de tourmaline. Piguet en espère entre 30 000 et 50 000 francs.

Si la vente n'a lieu qu'en décembre, Bernard Piguet et son équipe vont montrer les pièces dès les vendredi 9, dimanche 10 et lundi 11 novembre dans le salon Windsor de l'Hôtel Beau-Rivage de Genève. Les objets seront visibles de 12 à 18 heures le vendredi, de 12 à 17 heures les samedis et dimanches. Le catalogue, qui j'ai obtenu en preview, sera disponible dès le 8 novembre sur le site www.piguet.com Il existera sans doute aussi sous forme papier. Le reste des catalogues sera en revanche disponible seulement le 30 novembre.

Photo (Piguet/Gilbert Albert): Un détail de la spectaculaire pendulette.

Texte intercalaire.

 

 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."