Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

GENÈVE/La sphère céleste japonaise vendue 912 000 francs chez Piguet

Crédits: Piguet, Genève 2017

C'était le lot phare, faisant comme il se doit la couverture du catalogue. Piguet (ex-Hôtel des Ventes) attendait officiellement entre 100 000 et 150 000 francs de la sphère céleste japonaise en bronze de la première moitié du XVIIe siècle présentée sous le No 708. Autant dire que la maison genevoise en escomptait davantage. On sait combien les estimations restent prudentes chez Piguet. 

Après onze minutes de suspense, l'instrument scientifique est parti à 750 000 francs, ce qui fait 912 000 en comptant les échutes. Un record bien sûr, pour autant que le mot garde ici un sens. Il était en effet bien dit dans la notice, rendue possible grâce à un rapport d'expertise de Christopher Cullen comptant plus de 100 pages, «qu'aucune autre sphère de ce type est connue à ce jour». L'objet a exigé dix mois de recherches, ce qui explique son passage en vente le 13 décembre. Le reste de la succession Givaudan a en effet été proposé bien plus tôt aux enchères. Il fallait être sûr.

Acheteur de Hongkong 

C'est un acheteur de Hongkong qui l'a finalement emporté. Il ne reste plus qu'à se croiser les doigts. Les Chinois ne sont pas toujours bon payeurs. Ni mauvais payeurs du reste. Certains ne versent tout simplement jamais rien. 

L'ensemble des ventes de décembre a rapporté 5,5 millions. Les énormes sculptures chinoises restées dans leur jardin genevois ne se sont pas vendues. Il y a eu de bonnes surprises (même si les résultats dépassent rarement les quatre chiffres) et quelques déceptions. Le portrait de sa fille de 14 ans par Firmin Massot, chef-d’œuvre de la peinture genevoise des débuts du XVIIIe, n'a ainsi «fait» de 6000 francs au marteau (soit environ 7500 francs). Il aurait atteint une somme infiniment plus élevée il y a un demi siècle.

Photo (Piguet): La sphère vedette des ventes genevoises.

Texte intercalaire.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."