Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

GENÈVE/Giuseppe Penone plante ses arbres à la galerie Gagosian

Crédits: France3

Les riches adorent «l''arte povera». Côté finances, cela fait une moyenne. Lié à la Galerie Gagosian depuis 2005 (mais Alice Pauli travaille aussi depuis longtemps à Lausanne avec l'Italien), Giuseppe Penone se retrouve depuis le 13 décembre à Gstaad. Son exposition «Idee di Pietra» se compose de deux arbres de métal supportant chacun une grosse pierre, solidement arrimée. Ces derniers ne constituent pas des nouveautés. Le grand public avait pu découvrir «Olmo» de 2008 et «Ciliegi» de 2011 dans le parc de Versailles en 2013. Le Piémontais avait alors proposé ce qui restera sans nul doute la plus réussie des expositions en plein air offertes dans le Domaine. Quoi de plus logique que des arbres, même artificiels, dans un jardin? 

L'installation montagnarde, que les derniers paysans de Gstaad ont vu s’installer avec circonspection à côté du palace Le Grand Chalet, va connaître un prolongement genevois. Dès le 30 janvier, Penone s'installe à la galerie Gagosian de Longemalle sur deux étages. Ce sera toujours sous le signe de l'arbre, vu par lui comme «une force de gravité» et le «poids de la vie». Un poids qui n'est pas uniquement moral. Les troncs de marbre amenés sur le plancher du rez-de-chaussée pèsent chacun des centaines de kilos. Notez cependant que la pierre reste taillée à la main par des praticiens virtuoses, ce qui devient rarissime à Carrare où tout tend à se passer désormais par ordinateur. Mais il semble difficile de jouer les bons apôtres de la nature et de tout truquer comme un banal Damien Hirst.

Dessins en sous-sol 

Outre les troncs se détachant de leur base il y a, visible de la rue, un grand bas-relief «Pelle di Monte» (2012). Pour l'instant, le mur de support tient le coup. Un deuxième relief est formé d'épines, l'un des matériaux symboliques les plus utilisés par Penone. La salle en sous-sol contient avant tout des dessins. Il s'agit bien sûr d'études pour des arbres. Le visiteur découvre comment la main tenant un objet se végétalise peu à peu, comme dans la mythologie antique le corps de Daphné. Le tout donne une jolie petite exposition d'un artiste finalement assez lié à la Suisse. On se souvient de la superbe présentation Penone en 2016 du Musée cantonal des beaux-arts de Lausanne.

Pratique

«Giuseppe Penone», galerie Gagosian, 19, place Longemalle, Genève, du 30 janvier au 23 mars. Tél. 02 319 26 19, site www.gagosian.com Ouvert du lundi au vendredi de 10h à 18h.

Photo (Fance3): Giuseppe Penone, qui aura 71 ans en 2018.

Texte intercalaire.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."